Mélusine

tumblr_oj4hhffbOl1rbud4zo1_500Il est communément considéré qu’une fée est un petit être bien souvent féminin, avec des ailes et une apparence humaine plus que charmante. Si elles peuvent se montrer capricieuses, elles ont toujours un bon fonds. Cela n’a pas toujours été le cas, la fée telle que nous la connaissons aujourd’hui est apparue à la Renaissance avec les contes merveilleux ou encore le Songe d’une nuit d’été. Ce n’est pas seulement leur apparence qui change, mais aussi leur rôle et leur symbolique dans la littérature. Dans la littérature médiévale, la fée n’est ni minuscule, ni dotées d’une paire d’ailes. On trouvera sous ce terme des personnages tels que Morgane et Viviane par exemple pour la légende arthurienne. Ou bien encore la fée Mélusine qui dit on est l’ancêtre de la maison de Lusignan.

En 1392 – 1393, à la demande de Jean de Berry, Jean d’Arras écrit le roman de Mélusine. C’est la version de la légende que l’on conserve aujourd’hui. Il dit s’être basé sur une chronique dont aucune trace n’a été trouvée. Ce roman va donc fixer le personnage tel qu’on le connaît aujourd’hui, c’est dedans pour la première que Mélusine est assimilée à une fée et qu’elle est l’ancêtre de la maison de Lusignan. Les Lusignan sont une famille noble du Poitou originaire du Limousin. Pour la petite anecdote, il y a une ville en Vienne qui s’appelle Lusignan où les habitants sont appelés les Mélusins et les Mélusines. Ce qui est plutôt cool.

Mais qui est Mélusine alors ?

La fée Présine épouse Elinas, le roi d’Albanie (l’Ecosse), à condition qu’il ne vienne pas la voir durant ses couches. Les couches c’est la période qui suit l’accouchement et où la femme doit rester au lit. Bien entendu, ce dernier ne respecte pas sa promesse et donc la fée Présine disparaît avec ses enfants : Mélusine, Mélior et Palestine. Quand les trois sœurs apprennent le méfait de leur père, elles décident de se venger et elles l’enferment dans une montagne. Lorsque Présine le découvre, elle maudit ses trois filles. Mélusine est condamnée à avoir le bas du corps qui se change en serpent tous les samedis. C’est comme une sirène, mais avec une queue de serpent. Après tout ça, j’imagine que les réunions de famille doivent être un peu tendues… Cependant, Mélusine peut être une femme comme les autres si elle arrive à trouver un mari qui accepte de ne pas la voir ce jour-là.

Alors qu’il vient de tuer son oncle, le Comte du Poitou, dans un accident de chasse. Raymondin fait la connaissance de Mélusine. Cette dernière lui promet : bonheur, prospérité et de l’aider à régler le petit souci du meurtre de l’oncle s’il l’épouse. Elle lui fait aussi jurer qu’il ne cherchera jamais à voir où elle va et ce qu’elle fait le samedi. Ils se marient donc et forment un couple heureux. Mélusine va construire de nombreux châteaux et villes à travers toute la France. Elle va avoir aussi dix fils, dont les huit premiers vont souffrir d’une tare physique due à leurs origines merveilleuses. Ils vont néanmoins être tous de grands personnages de leurs temps et certains deviennent mêmes rois.

melusine

Tout va merveilleusement bien, cependant Raymondin poussé par la jalousie de son frère va épier un samedi Mélusine pour savoir ce qu’elle fait. Il va alors découvrir que le bas de son corps se transforme en serpent. Dans certaines versions, Mélusine s’enfuit alors en prenant la forme d’un serpent ailée. Dans le roman de Jean d’Arras, Raymondin regrette son acte et Mélusine fait mine d’ignorer que l’interdit a été brisé. Cependant, quand Geoffroy à la grande dent met feu à une abbaye. Tous les moines meurent dans l’incendie, dont son frère qui venait d’entrer dans les ordres. Raymondin y voit là un acte maléfique dû à la nature de Mélusine et accuse cette dernière en public de « tresfaulse serpente ». Mélusine disparaît alors sous la forme d’un dragon, mais revient la nuit pour s’occuper de ses deux enfants en bas âges. Raymondin quant à lui se retire dans un couvent. La légende dit que Mélusine revient pendant trois jours à chaque fois que l’un des châteaux qu’elle a construits à un nouveau maître. De même qu’elle apparaîtrait sous la forme d’un serpent à chaque fois qu’un de ces descendants est sur le point de mourir.

Ce que je trouve intéressant dans le personnage de Mélusine, c’est qu’elle est un personnage merveilleux qui cherche à s’intégrer au monde des humains. Dans la littérature, on trouve plus souvent l’inverse. Un personnage en apparence lambda qui va intégrer le monde du merveilleux. Ce personnage fait aussi référence à de nombreux mythes médiévaux. Ainsi la forme du serpent ailé rappelle la légende la Vouivre. Qui est un serpent ailé qui apprécie les milieux aquatiques. Ou encore, le fait qu’elle annonce la mort de ses descendants fait écho à la légende de la Dame Blanche annonciatrice d’une mort.

Une réflexion sur “Mélusine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s