L’autrice du mois : Ito Ogawa

Dans cette série d’articles, je vous présenterai les autrices que j’apprécie. Je ne présente pas leur vie, ce n’est pas ce qui m’intéresse en tant que lectrice. Je vous raconte le rapport que j’ai avec leurs livres, leur écriture et pourquoi leur nom pop dans ma tête quand je pense à un genre en particulier. Pourquoi juste des femmes et pas des hommes ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui encore les femmes sont moins reconnues, même dans le monde de la littérature, parce que souvent on juge ce qu’elles écrivent moins bon et enfin parce que mis à part quelques exceptions on cite plus souvent les hommes que les femmes. Pourtant elles sont bien là.

ito_ogawa_ce_soir_a_la_librairie_lettres_et_merveilles_4319

J’ai découvert la littérature japonaise à travers les mangas. Pendant très longtemps, je ne suis pas restée très originale dans mes lectures, je ne lisais que des auteurs japonais très connus et c’est tout. Toutefois, depuis quelques années, je me suis passionnée pour la littérature asiatique. Depuis je suis sans cesse à la recherche de nouveaux romans asiatiques. Je vous avais par exemple parlé de littérature indienne avec Babyji. Ce fut ainsi que j’ai découvert Ito Ogawa. Ce nom vous dit peut-être quelque chose, j’ai parlé d’elle plus tôt ce mois-ci, pour être exacte de son roman le Jardin-en-Ciel. Elle fait partie de mes autrices préférées et il était temps que je vous parle d’elle !

Ses œuvres littéraires

L’autrice a publié pour le moment trois romans, qui sont tous les trois merveilleux chacun à leur manière.

Le restaurant de l’amour retrouvé – Un jour l’appartement de Rinco est vide, son petit ami est parti emportant tout ce qu’il y avait dans l’appartement. Il ne reste plus rien, même pas ses économies pour ouvrir un restaurant, si ce n’est une jarre de saumure qu’elle a hérité de sa grand-mère. Sous le choc, elle perd la voix et va rentrer chez sa mère qui vit avec un cochon apprivoisé. Dans cette campagne coupée de tout, elle va ouvrir un restaurant qui accueillera qu’une seule table par soir. Pour chacun de ses convives, elle va préparer le plat dont il a besoin pour avancer dans la vie.

Le ruban – Un œuf tombé du nid est recueilli par une vieille femme et sa petite fille. Il est le ruban qu’il les lie à jamais, mais un jour l’oiseau prend son envol et s’enfuit de sa cage. Là où il passera, il apportera de la joie et du réconfort. Donnant la force de voir l’avenir ou de faire face à ses souvenirs. À travers le voyage de cet oiseau, le lecteur va découvrir que tout le monde a une histoire à raconter.

Le Jardin-arc-en-ciel – Je vous ai parlé plus tôt dans le mois de ce roman merveilleux. Vous pouvez retrouver ma critique complète en prenant ce portoloin. Izumi est une mère célibataire en instance de divorce. Elle va faire la rencontre de Chiyoko au moment où cette dernière s’apprête à se jeter sous un train. Elle réussit à l’éloigner de la mort avec la promesse d’un repas. Izumi ne sait pas vraiment cuisiner, mais dès cette soirée elles vont se séduire l’une et l’autre. Chiyoko, Izumi et Sosûke vont prendre la fuite pour aller dans les montagnes, là où l’on voit les étoiles briller et former leur propre famille. À partir d’un taudis, elles vont construire leur maison, leur jardin arc-en-ciel.

Son écriture

Il y a des auteurs dont le style vous emporte, vous fait vibrer, vous fait pleurer et il y en a d’autres qui vous rassurent et vous donnent l’impression que l’on vous enveloppe dans un nuage de douceur. Ito Ogawa fait partie de cette dernière catégorie. À chacun de ses romans, j’ai l’impression d’être avec une vieille amie qui me raconte une histoire, nous sommes molletonnés dans un plaid auprès du feu en buvant du thé et mangeant des petits biscuits. Ses histoires sont remplies de drames, de joies, d’amour et de tant de choses. Ses histoires sont des histoires de vies, des vies banales et d’autres moins. Des vies de personnes que l’on pourrait rencontrer réellement. Il y a quelque chose de vrai dans son écriture. On peut tout à fait s’identifier. Si on ne partage pas la vie de ses personnages, on partage leurs sentiments.

Autrice et lectrice

Ce qui est amusant avec cette autrice, c’est que j’ai à chaque fois été attirée avant tout par le roman sans savoir que c’était elle qui l’avait écrit. Pourtant dès le premier roman que j’ai lu je suis tombée amoureuse de son style. Je sais que quand j’ai besoin qu’un roman me rassure et me réconforte je peux me tourner vers ses romans. Elle est sans aucun doute mon autrice japonaise préférée, son style change des autres auteurs japonais que j’ai lus. Je sais que la littérature peut sembler difficilement accessible, du coup si vous voulez essayer de lire un roman japonais, je vous conseille d’essayer cette autrice !

4 réflexions sur “L’autrice du mois : Ito Ogawa

  1. rambalh dit :

    Très chouette article, c’est toujours agréable quand on tombe sur des auteurs qui savent nous toucher à chaque roman. J’aime lire de tout, découvrir plein de plumes et j’ai l’impression que je m’attache aux auteurs un peu moins qu’avant. Et quand ça m’arrive, je me sens toute chose 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. latourneedelivres dit :

    Ca me dit quelque chose, même si je suis bien sûre de ne pas l’avoir lu. Je suis sûre que je connais les couvertures de ses bouquins en plus (c’est ce que je retiens le mieux…), merci de nous avoir parlé d’elle ! Ca me rappelle que ma culture en littérature japonaise est naze et qu’il faut que j’y remédie. x) Elle a l’air bien sympathique en tout cas ! (enfin, ses livres je veux dire)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s