Le roi Midas

Le_roi_Midas-e1431985758602

Si vous êtes un.e adepte de Booktube, vous avez très probablement entendu parler Du souffle de Midas un roman écrit par Alison Germain qui est aussi connu sous le nom de Lili Bouquine (sa chaîne Booktube est très sympa !). Je n’ai pas lu son roman, parce qu’il ne m’attire pas plus que ça pour le moment. Quand je lis un roman, il faut que ça soit vraiment son moment pour que je l’apprécie à sa juste valeur. Par contre, je voudrais en profiter pour vous parler de la légende de Midas qui est repris dans ce roman. Je trouve vraiment intéressant qu’elle ait choisi de s’inspirer de cette légende, parce que c’est pas une légende hyper connue. Je ne l’ai jamais vu évoqué dans la pop culture ou dans les livres, si ce n’est en personnage secondaire de la série Once Upon a Time (et encore je pense qu’on pourrait même dire que c’est un personnage décors…). C’est bien dommage, car son histoire montre que derrière un souhait, peut se cacher une malédiction.

Quand on parle du roi Midas, on en parle dans le cadre de la mythologie grecque. Cependant, si on retrouve effectivement des éléments issus de la mythologie grecque, lui-même appartient au domaine de la légende ! Ce n’est pas pour rien que mythe et légende sont souvent utilisés comme synonyme comme j’en parlais dans cet article. Midas aurait en effet réellement existé. Pour ceux du fond qui ne suivait pas, le fait que le roi Midas soit une réalité historique fait de son récit une légende. En effet, il aurait été roi de Prhygie, un territoire situé en Asie Mineur, de 715 à 676 av. J.-C. Le type était riche, très, très riche et a su marquer les esprits grecs et latins pour avoir le droit de rencontrer les dieux grecs. C’est quand même pas donner à tout le monde. Quoique lui s’en saurait probablement bien passé.

La légende raconte que Silène, le papa adoptif de Dionysos le dieu du vin, eu une gueule de bois un peu trop corsée et se retrouva en Prhygie ne sachant pas vraiment comment. Dans toutes les versions, Midas lui offre l’hospitalité, mais dans l’une des versions que j’ai lues, Silène est attaché avec des guirlandes de fleurs par les paysans, les habitants de Phrygie. Je trouve ça assez chelou quand même… Qui irait faire ça ? C’est… même l’image que cela donne ! J’aimerais tant que quelqu’un la dessine… Pour en revenir à notre histoire. Midas accueille bien joyeusement Silène et lui organise une super méga fête jusqu’au retour de Dionysos bien content de retrouver son vieux père qu’il avait perdu. Pour remercier Midas, le dieu lui propose d’accorder un vœu. Midas très intelligent souhaite que tout ce qu’il touche se transforme en or. Au début il est bien content, mais quand il se rend compte qu’il ne peut rien manger, parce que cela se transforme en or, ni boire, il capte que son vœu s’est transformé en un supplice de Tantale de luxe. (Tantale c’est un grec très charmant prônant le cannibalisme. Je vous en parlerai un jour.) Dans certaines versions, Midas aurait même touché sa fille ! Il supplie Dionysos de lever son souhait devenu malédiction, le dieu ne lui dit pas « je te l’avait bien dit », mais lui conseille de laver les mains dans le fleuve Pactole et depuis dans ce fleuve on trouva de l’or.

Dans la réalité, Midas n’a jamais eu le pouvoir de changer ce qu’il touchait en or. Par contre, il était riche, très, très, très riche. Il était possesseur de plusieurs mines d’or et le fleuve Pactole contenait effectivement de la poussière d’or. Et il était suffisamment riche pour envoyer un trône d’or au sanctuaire d’Apollon à Delph. À côté, le trône de fer, ça fait fauteuil de paysans. L’histoire a surtout retenu ça de lui et au fil du temps son existence a été déformée pour devenir ce récit. Il y a une autre légende qui raconte qu’Apollon lui donna des oreilles d’âne, parce que Midas a préféré la musique de Pan. C’est un peu la même histoire que la guerre de Trois. Quand deux dieux demandent un mortel de juger, ce dernier a plutôt intérêt de se la fermer, parce que cela va lui retomber dessus. Midas aurait caché ses oreilles sous un bonnet phrygien ! Ce fameux bonnet est l’un des symboles de la Révolution française. J’imagine que les gens trouvaient la forme du bonnet chelou et ont affabulé ce pauvre Midas d’oreille d’âne.

Plus tôt dans l’article, j’évoquais qu’on parlait du roi Midas surtout dans le cadre mythologique. Au début de la rédaction de l’article, j’ai moi-même fait l’erreur et j’ai dû m’y reprendre. C’est probablement dû à la présence de personnage mythologique tel sur Dionysos, Silène, Appolon ou encore Pan. C’est aussi très probablement parce que l’on ne fait pas vraiment la différence entre mythe et légende. Parfois ce n’est pas facile de différencier les récits. On pourrait effectivement qualifier le récit de Midas de mythologique si on ne connaît pas ses origines historiques. Son récit pourrait mettre en garde l’être humain des souhaits qu’il fait ou bien même expliquer la présence d’or dans le fleuve Pactole.

Es-toi, aimes-tu tout particulièrement une légende ou un mythe grecs ?

2 réflexions sur “Le roi Midas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s