Journal d’une aventurière #2

Être une aventurière de la littérature, c’est accepter de faire parfois faire face à de grosses déceptions, comme à de très belles surprises. Hier, je terminais Conversion de Catherine Howe. Je n’y attendais pas grand-chose honnêtement. Et finalement, ce roman a su capter mon esprit au point que j’ai décidé de lire différentes fictions traitant du procès des sorcières de Salem.

Heureuse de cette découverte et de cette nouvelle aventure qui s’annonçait à moi, je me suis lancé le cœur léger dans le Roi des fauves d’Aurélie Wellenstein. Dire ce que c’était une déception c’est faux, mais le roman m’a fait l’effet d’être un prequel. Il y a une histoire, avec un début et une fin. Un peu rapide à mon goût, mais tout de même c’est très bien écrit et il y a de très belles idées, sauf que… J’avais l’impression que ce récit s’inscrivait dans quelque chose de plus grand. Dans un récit épique au niveau d’un pays qui aurait été ravagé. Pour moi ce récit c’était un moment d’Histoire, celle avec un H majuscule, d’un univers dont je voulais connaître plus. J’ai été donc très frustrée, c’est comme si j’avais lu les Contes de Beedle le Barde sans avoir lu avant les sept tomes d’Harry Potter ! C’est donc un sentiment très étrange doux et amer à la fois. Je reconnais que c’est un grand roman et en même temps je suis juste tellement frustrée…

Pour faire face à cette déception, j’ai décidé de me lancer dans Destiny de Cecila Ahern. C’est une autrice que j’adore, elle me bouleverse à chaque fois que je lis ses romans. D’habitude, je lis uniquement des romances d’elle, Destiny c’est complètement un univers dystopique. Tout d’abord, ma première réaction en lisant les premiers chapitres fut : bhou c’est pas super bien écrit. Je ne retrouvais absolument pas l’autrice que j’aimais. Ensuite, l’histoire allait beaucoup trop vite et… il y avait un truc. Je le sentais. J’ai lu un bon tiers du livre en sentant qu’il avait un énorme potentiel, mais qu’il y avait un je ne sais quoi qui gâchait tout. Et ce n’était pas juste le style. J’aurais aimé blâmer la traduction, mais non. Il manquait cette étincelle de magie qui rendait l’univers et le roman réaliste. J’ai lu une critique, d’une lectrice qui a vécu la même expérience que moi, mais qui a poussé plus loin. Peut-être est-ce que j’arriverai à aller plus loin, mais je ne suis pas sûre.

En tout cas, si vous êtes du genre à aimer Destiny et que vous voulez essayer de lire un roman plus classique avec le même sujet. Soit quand on est jugé imparfait, immoral, etc. par la société, on doit porter une marque sans être banni pour autant. Bref, si vous aimez cette idée, je vous conseille La lettre écarlate Nathaniel Hawthorne. Je me souviens que c’était une lecture un peu ardue, mais j’étais au collège quand je l’ai lu. Néanmoins, ce fut tout de même un méga coup de cœur, j’avais trouvé ce roman juste fascinant. D’ailleurs, vous le raconter me donne envie de me relancer dans la lecture de ce roman. J’espère que mes souvenirs n’ont pas enjolivé le récit et qu’il est aussi bien que dans mes souvenirs.

En tout cas, ce ne fut que des lectures douces-amères aujourd’hui. Après ça j’ai essayé de trouver un livre qui me tentait, mais rien à faire. L’envie était partie. Mais je ne m’inquiète pas, je vais réussir à mettre la main sur LE livre dont j’ai besoin en ce moment.

3 réflexions sur “Journal d’une aventurière #2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s