Portrait fictif : Xipil

Portrait fictif est une série d’articles présentant une fois par mois un personnage féminin de la littérature qui m’a marquée. Je vous y présenterai le personnage dans la saga, quel est mon rapport à ce personnage et enfin pourquoi je pense qu’elle est intéressante à présenter dans cette série d’articles. Pourquoi me concentrer uniquement sur les personnages féminins ? Il existe des personnages masculins tout aussi géniaux, mais souvent quand on cite des personnages, cela va être souvent les personnages masculins qui vont venir à l’esprit. Je veux faire en sorte que l’on pense aussi aux personnages féminins. Enfin, c’est un moyen pour moi de vous faire découvrir autrement mes lectures.

1730_rot_preview (1)

Dans portrait fictif, j’ai traité jusqu’à aujourd’hui uniquement de personnage issu de roman, que ce soit un tome unique ou bien une saga. L’avantage du roman c’est que je peux facilement développer sur le personnage sans à révéler l’intrigue. J’ai décidé de relever le défi en intégrant dans la série portrait fictif l’héroïne de la bande dessinée de Mobidic : le Roi Ours. Dans cette BD, il y avait trois personnages que j’avais envie de vous présenter : La Déesse Gorille, La Déesse Caïman et enfin l’héroïne Xipil. Malheureusement, il m’est difficile de vous parler des deux premières sans révéler beaucoup trop de l’intrigue.

La rencontre avec Xipil est brutale. Elle est ligotée à un poteau à l’effigie de la déesse Caïman, sacrifiée à être dévorée vivante par la divinité. Elle est libérée par le roi Ours qui n’apprécie guère ce genre de sacrifice. Ne pouvant retourner auprès des siens, le roi Ours l’emmène donc avec lui pour qu’elle l’épouse. La première image que l’on a de Xipil est une jeune femme soumise, ligotée à un poteau, une corde l’entravant au niveau de la gorge et une autre lui ligotant les poignets. Une fois seule, on découvre une jeune femme esseulée, perdue terrifiée. Elle essaie de se donner une espèce de dignité quand le roi Ours la libère. Pourtant, elle n’ose pas aller à l’encontre de ce que son peuple lui a imposé et le roi Ours, un dieu lui aussi, doit la menacer pour qu’elle accepte de quitter l’autel sacrificiel. La jeune femme a alors le malheur de croiser la route de son fiancé qui préfère la tuer que de voir l’honneur de la tribu bafouer. C’est à ce moment-là que le roi Ours décide de l’emmener. Ne vous inquiétez pas, je ne viens de vous raconter que le tout début de la bande dessinée, les quinze premières pages que vous pouvez voir ici .

Si je veux vous parler de ce personnage, c’est parce qu’elle incarne toutes ces femmes qui subissent la violence en raison de leur genre. Le roi Ours demande avec ironie si toutes les prêtresses ont été déjà dévorées. Les prêtresses, au féminin. Ce sont des femmes qui sont sacrifiées. Quand elle rencontre son fiancé, la première pensée qui traverse l’esprit de ce dernier c’est de la tuer pour sauver l’honneur de la tribu. Enfin, la jeune femme a plus peur de la pression sociale que d’être dévorée vivante. Elle hésite même à respecter les ordres d’un dieu, de crainte de la réaction de sa tribu. Avec Jessie, l’héroïne de Stephen King, je vous avais déjà parlé de la violence que subissent les femmes. Dans cette bande dessinée on retrouve une autre forme de violence, qui est de nouveau rattacher à l’honneur et comment la société peut imposer une forme de soumission à la femme. Par la suite, Xipil va devoir faire face à de nombreux autres obstacles, va devoir subir une autre forme de pression d’une nouvelle société. Elle va connaître la joie, la colère, la peur et de nombreux autres sentiments. Pourtant dans le reste de la bande dessinée, pas une seule fois elle va être de nouveau dans cette position de soumission.

Le Roi Ours est une bande dessinée remplie de noirceur, de tristesse et porteur aussi de messages vraiment important. Avec Xipil, je me suis arrêtée sur le message féministe que j’ai trouvé dans ce récit, mais cette BD traite de tellement plus. J’ai été aussi frappée par le message écologique glissé dans le récit et qui propose un renversement de situation vraiment

2 réflexions sur “Portrait fictif : Xipil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s