Lire des classiques

Pour certaines lectrices et certains lecteurs, la définition de la littérature classique serait : œuvre mortellement ennuyeuse à lire obligatoirement pour l’école. Pour d’autres, ça serait plus : seule littérature digne d’intérêt. Un classique pourrait être aussi appelé long-seller. C’est comme un best-seller, un livre qui a su aller chercher au-delà de son public classique et en plus le long-seller a su traverser les années. Cela peut être un roman jeunesse (Harry Potter), de la fantasy (Le Seigneur des anneaux) ou même un roman qui était publié au début en feuilleton dans un journal (Le comte de Monte-Christo). Une œuvre classique en plus de réussir à prouver à beaucoup de personnes qu’elle est bien écrite, propose des idées qui résonnent dans les lecteurs des années après son écriture. Même si au bout d’un moment, les idées peuvent se retrouver dépassées. Audrey Alwett en parle de son article que je t’ai présenté au début du mois.

Je suis la première à dire que ce n’est pas grave si on a jamais lu de classique. Par contre, je trouve dommage de s’interdire d’en lire parce que l’on se considère pas assez bon lecteur ou que forcément cela va être barbant. Ils existent des romans classiques de tout genre, de toutes formes et je vais te donner quelques astuces pour te lancer dans de la littérature classique et pouvoir enfin te vanter dans les soirées mondaines bières pizza.

Déjà, il faut trouver l’autrice ou l’auteur classique qui nous correspond et ne pas hésiter à tester différents auteurs. Je suis personnellement une grande fan de Molière et de Théophile Gauthier. Beckett a aussi une place toute particulière dans mon cœur. Par contre, je te déconseille de me proposer de lire Flaubert, car je vais te renvoyer le livre à la tête. Fouine, cherche, sois curieuse, curieux, et laisse-toi être emballé.e par un résumer !

La taille de l’œuvre te fait peur pour débuter un classique ? C’est vrai que certains sont suffisamment gros pour servir à la mafia quand elle veut faire disparaître un corps dans un fleuve. Hop, on accroche au bout des pieds Les Misérables de Victor Hugo, il risque pas de remonter à la surface ! Il existe des romans courts en littérature classique, sinon tu peux aussi te tourner vers les nouvelles — celles d’Edgard Poe sont juste géniales — la poésie ou encore le théâtre !

Et puis, je vais te donner deux petits conseils qui vont changer ta vie en ce qui concerne la lecture. Déjà quand on lit un livre parce qu’on en a envie et pas parce qu’on est obligé socialement ou même parce que sinon on va avoir une sale note ensuite, la lecture devient un réel plaisir. Quand c’est une contrainte, ton livre préféré peut devenir un ennui mortel.

Ce qui m’amène à mon second conseil : personne ne t’oblige à lire le livre en entier. J’adore Notre-Dame de Paris, je trouve certains passages très émouvants, il y a beaucoup de mélodrames et parfois c’est un peu tiré par les cheveux. Par contre, les descriptions sont d’un ennui mortel pour moi. Qu’est-ce que je fais ? Eh bien je les lis pas ! Et je te rassure, j’ai très bien compris les enjeux de ce roman et bien des années après je pourrais te dire qui le poète à choisit entre voler la chèvre d’Esméralda ou de sauver la vie d’Esméralda. Si tu as vu que le Disney, je n’ai qu’une chose à te dire : Disney te ment ! Et je ne parle pas uniquement des gargouilles vivantes. Je suis allée vérifier moi-même et aucune n’a daigner de taper la causette avec moi.

En résumer, mes conseils pour te lancer dans les classiques :

– va lire les résumés et laisse-toi tenter
– il n’y a pas que les romans. Cherche du côté des nouvelles, de la poésie ou encore du théâtre
– un livre qu’on lit pour sois et rien que pour sois est toujours plus plaisant
– tu as le droit de ne pas terminer votre livre ou bien de sauter des passages

Est-ce que les classiques c’est ton truc ou bien que cela te donne de l’urticaire ?

18 réflexions sur “Lire des classiques

  1. DemyNotebook dit :

    Ah j’ai souvent eu de l’urticaire avec les classiques, mais comme tu le dis, il y en a partout ! Pour ma part je suis plutôt pour le théâtre quand j’aime le classique. Mais je me souviens avoir aimé l’Oeuvre de Zola alors que je n’ai pas été capable de terminer Germinal. J’adore les pièces comme Lorenzaccio… Ca dépend aussi de l’état d’esprit de la personne après tout ! Mais c’est vrai qu’il y a des petites pépites dans les classiques, peu importe les genres.

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    Tout à fait d’accord ! Sans compter qu’au niveau de la longueur, on peut aussi parfois avoir l’effet inverse, détester un petit livre et adorer un pavé. Enfin, je dis ça, mais ça ne m’est pas encore arrivée. xD

    Et effectivement, il vaut mieux abandonner un livre, et ne pas se sentir nul.le si c’est un classique en plus ! Perso, j’arrive pas à abandonner une lecture parce que je suis une teigne incurable, mais franchement, ça vaut mieux. En témoigne ma lecture de Guerre et Paix qui aura été très laborieuse et qui fait dorénavant partie de mon top 3 des livres que je déteste le plus… Ne vous faîtes pas mal comme ça !

    C’est une très bonne idée cet article ! Il faut essayer souvent comme tu dis, ne pas se contenter d’un seul essai (parce qu’on peut vite en arriver à la conclusion qu’on déteste les classiques sinon) et ne pas hésiter à se renseigner pour mieux choisir. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Pauline dit :

    Complètement d’accord avec toi, d’ailleurs avant d’arriver au lycée et d’avoir de vraies lectures forcées de classiques j’en lisais énormément par moi-même (Zola, Dumas, Hugo… j’adorais tout !)
    À partir du lycée ça m’a complètement dégoûtée et j’ai arrêté d’en lire pendant plusieurs années. C’est important de faire découvrir la littérature à l’école, mais je me demande comment on peut le faire sans donner cette aura d’obligation et d’ennui aux livres…

    Maintenant j’en lis plein mais je m’interdis aussi de lire en me forçant. Si après cent pages je n’accroche toujours pas j’abandonne, je juge que c’est bon, je lui ai donné sa chance et qu’il y a trop de romans à lire pour se faire du mal comme ça (ça marche pour tout, d’ailleurs).
    Et comme toi je n’ai aucun scrupule à sauter des passages, j’ai adoré Les Misérables mais j’ai sauté tous les chapitres sur Waterloo parce que je m’en tamponnais le coquillage :p

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je pense que dès que l’on rend obligatoire une lecture, cela devient très chiant… Du coup à l’école ça n’aide pas. Après j’avais une prof de français qui proposait deux livres : un court, assez facile à lire et un autre un peu plus difficile. J’aimais beaucoup cette possibilité. Mais après je pense que le choix des livres joue. Par exemple au bac de littérature j’ai dû lire le premier tome des Mémoires de De Gaulle et comment dire… Ce fut atroce haha xD C’est la seule lecture obligatoire que j’ai laissé tomber.

      Après on peut faire découvrir avec des films, conseiller d’autres moyens d’appréhender un livre, quand j’ai étudié Proust au lycée, la prof avait proposé à ceux qui avaient dû mal de l’écouter en livre audio plutôt que de le lire. Mais un moment pour étudier une oeuvre il faut quand même la lire. Du coup je sais pas…

      Quoi qu’en cours d’écriture à la fac, on étudiait plein d’extraits de livres (romans, nouvelles et même texte religieux) et c’était très sympa ! Cela m’a donné d’ailleurs envie de lire plusieurs livres par moi-même ensuite.

      Aimé par 1 personne

  4. tsllangues dit :

    Rien que des bons conseils!!!
    Moi aussi à une époque je pensais que classique était synonyme de barbant et de à lire pour l’école.
    Ma toute première oeuvre classique sans obligation scolaire, ça a été Don Quichotte. Du français vieillot, pas évident à lire mais je suis tombée sur les fesses en me rendant compte que c’était DROLE! (je me rappelle avoir relu plusieurs fois un passage pour m’assurer que j’avais bien compris que Sancho Panza avait des flatulences) La révélation! J’avais toujours cru qu’il n’y avait que Molière qui faisait rire les gens et que tous les autres auteurs se prenaient forcément au sérieux.
    Après ça, forcément j’ai cherché d’autres lectures parmi les classiques. Certains étaient effectivement ennuyeux, mais entre les nouvelles de Maupassant et de Poe qui font une incursion dans le fantastique, les aventures des héros de Dumas ou de Jules Vernes et j’en passe, j’y ai trouvé mon bonheur!
    Ne jamais partir avec des a priori et se faire une opinion par soi-même en gardant à l’esprit qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et que tout ne nous plaira pas. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      C’est vrai qu’il y a beaucoup de classique qui sont très drôles ou qui ne se prennent pas du tout au sérieux ! Poe est tellement génial, c’est un de mes auteurs préférés ! Mais c’est difficile de ne pas partir sur des a priori avec les classiques. Quand on te rabâche que c’est limite la seule littérature valable il y a parfois un rejet qui se fait. Et c’est dommage…

      Aimé par 1 personne

  5. tsllangues dit :

    Oui, quand on est forcé de faire quelque chose, souvent par opposition on ne le veut pas. Et puis la langue évolue, tout évolue, et les classiques ne sont pas toujours écrits dans un français qui sonne « contemporain » ou racontent des choses qui ne sont plus vraiment d’actualité et ça peut en rebuter certains qui ont du mal à se projeter dans l’histoire.

    Aimé par 1 personne

  6. Les lectures de Marinette dit :

    Pour moi, lire des classiques est important, autant pour le plaisir de la lecture que pour la culture générale, mais n’est clairement pas une obligation. En fait, mon envie d’en lire vient souvent de roman plus « moderne ». Par exemple, Songe à la douceur de Clémentine Beauvais m’a donné envie de lire Eugène Onéguine de Alexandre Pouchkine. Et, ce fut une excellente découverte. Même chose pour Les sœurs Grimm de Michael Buckley, qui m’a donné envie de lire Le songe d’une nuit d’été de William Shakespeare.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Ton anecdote me fait penser à une amie qui avait lu Tess de Thomas Hardy, car c’était le livre préféré de l’héroïne dans Cinquante nuances de Grey ! D’ailleurs une maison d’édition avait réédité le roman et avait joué sur ça pour donner envie de le lire.

      Moi c’est en lisant Conversion que j’ai prévu de lire la pièce de théâtre d’Arthur Miller Les sorcières de Salem ! Je n’avais pas pensé à ce point pour cet article, mais oui, je suis aussi parfois inspirée par mes lectures pour lire d’autres livres ! (Ce qui est dommage, car j’ai cité cette idée dans mon article Comment trouver des idées de lectures qui attend d’être publié :p)

      J'aime

  7. Le Quai des Brumes dit :

    Superbe article !
    J’avoue n’être pas emballée des masses par les classiques, pas vraiment à cause de leur réputation de livres-obligatoires-à-lire-en-deux-semaines-donnés-par-un-vieux-croûton-de-prof-de-français, mais parce que je m’ennuie profondément pendant ma lecture… J’ai toujours du mal avec le « style » un peu vieillot et les looongues descriptions, résultat je me retrouve à divaguer pendant ma lecture haha. Mais j’avoue mettre de plus en plus en oeuvre la technique « sauter des pages », et ce pas que pour des classiques 😉
    Ce que je trouve vraiment dommage c’est cette réputation et cette étiquette qu’on donne aux classiques : pour beaucoup d’élèves, ils sont juste synonymes de gros pavés encroûtés ennuyeux et interminables (je trouve qu’il y a un réel problème autour de l’enseignement de la littérature au collège/lycée aujourd’hui), et pour d’autres ce sont les seuls livres dignes d’être lus, de la VRAIE (beurk) littérature (genre si tu lis du Musso t’es pas un vrai lecteur… ?!) Et je pense que j’ai beau essayer de ne pas me laisser atteindre par cette vision, j’ai tout de même été influencée; je n’ose souvent pas ouvrir ces « trésors » de la littérature française, ces pépites rares blablabla… Bref, ce sont des livres un peu hors de mon monde, comme intouchables !
    Mais bon comme il faut bien sortir de sa zone de confort, j’essaie de m’aventurer un peu plus dans le genre, même si c’est très dur !
    En tout cas pour le bac de français j’ai dû lire Ruy Blas que j’ai bien aimé (il faut dire que Victor Hugo a une plume du tonnerre), et Apollinaire qui a écrit des vers vraiment percutants 🙂
    Tu as raison de dire que quand on lit des classiques pour le plaisir et parce qu’on en a envie, on les apprécie toujours mieux ! Je me souviens avoir lu des classiques quand j’étais plus petite, alors même que j’ignorais que c’étaient des classiques ! J’allais tout simplement piocher dans la bibliothèque de ma soeur parce que je m’ennuyais, et même si je ne comprenais pas tout, j’appréciais bien mieux ma lecture sans ce poids invisible qui me met la pression aujourd’hui quand j’ouvre un de ces livres 🙂 (phrase interminable bonjour) Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à lire du Ionesco à 9 ans XD
    Ce commentaire est VRAIMENT trop long, j’en suis navrée…!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s