Baba Yaga

baba-yagaDans le super roman d’Audrey Alwett, Les poisons de Katharz l’un des personnages a la même isba que Baba Yaga. Une isba c’est un petit chalet traditionnel russe. Et je me suis rendu compte que je ne t’ai toujours pas parlé de Baba Yaga sur le blog, pourtant elle est l’un de mes personnages préférés de la littérature. Quand on me parle de littérature slave, je vais directement avoir en tête l’image de cette vieille femme dans son isba juchée sur des pattes de poulet.

Avant d’aller plus loin, je me dois de te présenter cette étrange femme. En effet, son isba dotée de pattes de poulet est probablement le truc le moins étrange chez elle. On raconte qu’une de ses jambes est constituée uniquement d’os sans chair. Sa bouche peut s’ouvrir telle une porte et ses dents sont d’acier, ce qui est fort pratique pour dévorer les enfants et les voyageurs imprudents. Elle se déplace en volant accroupi dans un mortier magique, utilisant le pilon comme gouvernail et efface ses traces avec un balai taillé dans du bouleau argenté.

Baba Yaga est un personnage fascinant, parce qu’elle va être connue pour être une ogresse maléfique, un croquemitaine qui va dévorer les enfants et les voyageurs imprudents et en même temps elle va être dans certains récits au contraire un personnage qui va soutenir le héros ou l’héroïne. Le folkloriste russe Nikolaï Novikov a étudié de nombreux contes de ce personnage et a remarqué que lorsqu’elle est dans un rôle positif ses attributs traditionnels sont généralement conservés. Au contraire, quand elle est dans un rôle négatif, elle prend la place de personnage maléfique. Il suppose donc qu’à l’origine le conte présenterait Baba Yaga comme une figure maternelle bienveillante.

En effet, certains chercheurs verraient en elle le souvenir d’une Grande Déesse qui serait liée à la nature. Elle aurait une dimension mythologique qui aurait été oubliée aujourd’hui, mais persisterait dans ses multiples formes dans le conte. Ainsi, elle est présentée parfois comme gardienne du royaume des morts, déesse de l’hiver et elle aurait pour serviteur le soleil lui-même. Baba Yaga serait donc une figure maternelle divine, que le temps aurait oubliée, ridiculisée aussi et surtout vue à travers un prisme négatif.

Ce que je trouve fascinant dans le personnage de Baba Yaga c’est cette multiplicité que l’on trouve chez elle. Souvent les personnages de contes sont limités à un seul aspect. Héros, méchants, victimes, soutien ou obstacles. Il est rare d’avoir des personnages avec autant aspects multiples que Baya Yaga. Ce que j’aime aussi dans ce personnage, c’est qu’elle est souvent membre de la famille de l’héroïne, elle peut-être sa mère, sa grand-mère ou encore sa tante. Le conte montre alors aussi l’opposition entre deux générations. Dans tous ces aspects, elle représente pour moi l’incarnation même de la sorcière.

Elle est cette femme qui est entre deux mondes, grâce à son savoir, mais aussi parce qu’elle est bannie de la société en raison de son excentricité ou bien parce qu’elle ne correspond aux normes de la société. La sorcière c’est une femme qui avait une connaissance qui pouvait sauver des vies, tout comme les détruire. Cependant, on ne faisait pas la différence et on passait rapidement du respect à la crainte et au mépris pour mieux les détruire. Baba Yaga était accusée de biens des maux, on l’accusait de voler le lait, d’abîmer les récoltes et de tas d’autres trucs pourris. On a gardé que les aspects négatifs de ce personnage, alors qu’elle était très probablement au début un personnage ambivalent. Par exemple, en tant que déesse de l’hiver elle apporte le froid, la fin des récoltes, mais c’est elle aussi qui permet à la nature de se reposer et de se renouveler pour perpétuer.

Baba Yaga est donc un personnage très cool et fascinant. Elle est bien plus qu’une simple ogresse et puis franchement vivre dans une isba juchée sur des pattes de poulet ce n’est pas le truc le plus cool de tous les temps quand même ? J’ai lu plein d’explications et d’analyses vraiment intéressantes sur ce personnage, mais pour cet article j’ai préféré me concentrer sur la figure de la sorcière/ogresse que moi j’ai rencontrée dans mes lectures et que j’apprécie énormément, mais qui n’est qu’un des nombreux aspects de ce personnage. Je dois avouer que certaines analyses m’ont aussi un peu perdue, je ne connais pas très bien le folklore slave et j’ai lu de longs articles passionnants sur l’étymologie de son nom. Mais j’avais énormément d’informations contradictoires et personne n’est vraiment d’accord sur les origines de son nom. Je vais essayer de m’intéresser un peu plus au folklore slave pour pouvoir revenir par la suite sur ce personnage. Si toi tu connais un peu mieux que moi n’hésitent pas à lâcher tes infos, je la trouve personnellement passionnante !

5 réflexions sur “Baba Yaga

  1. Ada dit :

    Je connaissais très vaguement ce personnage et je viens d’apprendre plein de choses sur elle grâce à ton article, c’est un personnage bien plus fascinant qu’il en a l’air ! Il me semble qu’il y a un roman contemporain assez récent qui porte son nom mais je ne suis pas sûre. Tu vois lequel ? Tu l’as lu ?

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je suis contente que cet article t’ai plu 😀 J’ai entendu parler du roman dont tu parles, c’est un roman policier comique à ce que j’ai vu du résumer. Il a l’air sympa, mais j’ai l’impression qu’il reprend de ce personnage que le nom et sa fonction. Il faudrait que je le lise ! 😀

      Aimé par 1 personne

  2. tsllangues dit :

    Très intéressant. Je suis loin d’être une spécialiste de Baba Yaga, mais j’avoue l’avoir souvent envisagée comme le pendant slave de la sorcière (personnage qui a peut-être plus fait sa place dans les contes européens de l’ouest, dirons-nous): femme qui, à la base, connaît le secret des plantes et leur utilisation et qui avec le temps s’est vu attribuer une connotation péjorative, malsaine, voire diabolique alors qu’il reste encore des résidus de contes et de traditions la présentant sous un bon jour (pas vraiment d’ouvrages à te conseiller, juste l’héritage de traditions léguées par mes grands-parents: sorcière repoussant les envahisseurs, sorcière qui chasse le mauvais sort de la chambre des enfants, sorcière qui protège de la pauvreté). Sorcière et Baba Yaga ont donc un parcours assez similaire dans l’imaginaire collectif. Si tu trouves d’autres infos, je serai ravie de les lire!

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      De ce que j’ai lu, Baba Yaga pourrait en effet correspondre au pendant slave de la sorcière. D’ailleurs dans la plupart des représentations que l’on a d’elle, c’est en tant que sorcière. Si je découvre un peu plus sur ce personnage je reviendrai en parler sur le blog 😀

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s