Notre-Dame de Paris du roman au chant

Alors, avant de commencer cet article, on doit se mettre d’accord sur un point : Notre-Dame de Paris est la meilleure comédie musicale de tous les temps et je refuse tout avis ou opinion contraire. Je n’accepterai aucune critique vis-à-vis de cette comédie musicale, si ce n’est sur les costumes qui sont un peu nazes je dois le reconnaître. Mais bon, c’était les comédies musicales de l’époque, que veux-tu ? (Petit aparté, si tu cliques sur les titres des chansons, tu pourras les écouter!)

Dünyaca-ünlü-müzikal-Notre-Dame-de-Paris-biletleri-satışta

La comédie musicale est une belle adaptation du roman. Elle reprend chacune des scènes dans l’ordre et si elle ne garde pas des intrigues secondaires, elle va garder les principales caractéristiques des personnages. Esméralda n’a pas toute cette intrigue avec sa mère, mais on retrouve un personnage plutôt semblable. J’en parle plus en détail dans le portrait fictif. À travers les chansons, Luc Plamondon (le parolier) a très bien su résumer la situation dans les romans. Dans la toute première chanson Le temps des cathédrales. Elle se conclut sur « il est foutu le temps des cathédrales » on peut y voir une référence au fait que le peuple se désintéresse du mystère (un genre théâtral médiéval), préférant faire la fête et voir Esméralda danser.

Durant mes notes j’ai pas mal écrit sur le fait que Phœbus m’énervait. J’ai même mis en gros : PHOBUS => CONNARD !!!! J’ai aussi remarqué que le poète Grégoire est juste partout. Le mec il passe sa vie à squatter la scène en arrière-plan. Plus sérieusement, le poète Grégoire représente très ingénieusement le narrateur. Il est à la fois personnage et celui qui nous raconte l’histoire, un peu comme Clopin au début du film Disney Le bossu de Notre-Dame. Plus sérieusement, je me suis retrouvée à prendre pas mal de notes sur la place des étrangers.

Si la question de l’étranger sans papier est traitée dans le roman à travers la cour des miracles et des gitans, elle ne l’est pas de manière aussi poussée. D’autant plus qu’ils sont avant d’être des étrangers des truands. Victor Hugo insiste vraiment sur ce point : ils mentent, volent, trompent, etc. Dans la comédie musicale, de nombreuses chansons parlent de l’étranger qui essaie de chercher sa place. On voit qu’ils n’ont pas quitté leur pays par choix. C’est particulièrement marquant dans la chanson condamnés qui est en plus d’être un hymne à l’acceptation de l’étranger, souligne qu’ils ne quittent par leur pays par choix avec les paroles : « Mon pays que je porte dans mon cœur, dans mon corps. Ton pays qui m’apporte le malheur et la mort. Ma chaleur du midi, sous ton ciel toujours gris » ou même dans la chanson sans papier, où ils racontent qu’ils sont sans domiciles, des sans-papiers. Ils n’ont aucun droit politique, aucune reconnaissance sociale et la seule chose qu’ils peuvent faire c’est supplié le droit d’asile.

À ces étrangers s’oppose le peuple parisien incarné par Grégoire, Frollo, Phœbus et Fleur de Lys. Tous ces personnages ont un rejet de l’étranger. Bien que Grégoire les rejoint au cours de la comédie musicale et épouse Esméralda, dans la chanson le temps des cathédrales, il parle de « la foule des barbares qui est aux portes de la ville. » Cette foule, on la retrouve dans la chanson les sans-papiers qui sont aux portes de la la ville. Eux qui demandent asile sont décrit comme des barbares. Frollo et Phœbus représentant le gouvernement à deux niveaux (celui qui ordonne et celui qui agit avec plus de brutalité que nécessaire, Phœbus a une chorégraphie très violente. Il est le seul à donner des coups de pieds par exemple.). Enfin, il y a le personnage de Fleur de Lys qui incarne le racisme et le rejet de la population. Elle est jalouse d’Esméralda certes, mais un certain nombre de ses paroles s’attaquent aux origines de la bohémienne.

Dans les années 90 en France, les discours anti-immigration rencontrent de plus en plus d’écho et le Premier ministre de l’époque, Michel Rocard, déclare « […] je pense que nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde, que la France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique […], mais pas plus ». Et au cours de cette décennie, la question de l’immigration devient un sujet politique majeur. Je pense qu’à travers la comédie musicale, le parolier a cherché à faire passer un message politique très fort. C’est très facile de déshumaniser l’étranger. À travers de nombreuses chansons, on voit que cet « étranger » a quitté son pays par nécessité et non par envie, que cet étranger demande juste un peu d’humanité et d’aide. Et quand j’écoute les chansons traitant de cette thématique, je trouve qu’elles correspondent terriblement notre réalité actuelle…

Lire les autres articles du dossier littéraire

– Notre-Dame de Paris, la chronique
– Le bossu de Notre-Dame
– Portrait fictif : Esméralda

15 réflexions sur “Notre-Dame de Paris du roman au chant

  1. rambalh dit :

    J’ai regardé la cassette du spectacle des dizaines de fois gamine, je l’adorais !
    Belle reste une de mes chansons emblématiques de cette époque, je la connais encore par coeur (j’en ai eu la preuve en la chantant l’été dernier dans la rue, en rentrant de féria, je ne sais plus pourquoi d’ailleurs).

    Je la trouvais très sombre et très belle à la fois à l’époque, je ne l’ai pas revue depuis des années mais la gamine que j’étais avait capté le message de tolérance envers ces étrangers qui n’étaient pas plus mauvais que d’autres. J’aimais la Cours des Miracles alors que, plus tard, quand j’ai eu une vraie conscience de ce que ça représentait, je ne comprenais plus.
    Et c’est là finalement que ta chronique fait écho : la comédie musicale humanise effectivement cette part de la population qui est tant dénigrée dans d’autres oeuvres.

    Là aussi, tu me donnes envie de ressortir la cassette du placard et le magnétoscope 😀

    Aimé par 1 personne

  2. Ewylyn dit :

    J’en garde un excellent souvenir, certaines chansons m’auront plus marquées que d’autres et même si perso, j’étais plus fan des Dix commandements ou de Roméo & Juliette, je la trouvais fascinante étant petite.
    Ton analyse était très intéressante, c’est vrai que je n’avais pas tellement percuté ce rapport à l’étranger, un lien hyper actuel en somme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s