Le mommy porn

Cela fait un moment que j’avais envie de te parler du mommy porn. Quand j’ai fait des recherches dessus, j’ai découvert un genre littéraire bien plus mal considéré que la chick-lit. Mes sources pour cet article sont au mieux neutres et majoritairement hyper condescendantes. Alors certes, c’est un genre qui est bourré de défauts, mais je ne suis pas certaine qu’il mérite autant de mépris. Dans l’article je parle de lectrice, parce que c’est un genre dédié au public féminin et lu à la majorité par des femmes.

arton95847

Le mommy porn c’est un roman avec une grosse part de romance et quelques scènes érotiques qui restent relativement soft. Comme son nom l’indique, on vise un public féminin que l’on considère avoir l’âge d’être mère. C’est pas forcément bien écrit, le consentement n’est pas toujours respecté et c’est un érotisme très cadré par la société. N’empêche à l’époque cela faisait sa petite révolution, pour la première fois tout le monde parlait d’un roman érotique destinait à un public féminin ! Alors oui, Cinquante Nuances de Grey est bourré de défaut, mais il a eu le mérite de montrer que la littérature érotique pouvait intéresser les femmes et que le sexe tout court peut intéresser les femmes. Il y a une dizaine d’années encore, le sexe était un sujet de mec. Le porno c’était destiné aux mecs. Pour la première fois, publiquement les femmes ont une œuvre érotique qui leur est destinée.

Aujourd’hui on ne parle plus vraiment de mommy porn, mais plutôt de new romance. Cependant, on va retrouver le même schéma littéraire. Ce sont des histoires hétéros centrées, où une jeune femme plutôt innocente va faire la connaissance d’un homme doué pour le sexe et qui va l’initier. Il est important que l’héroïne se laisse guider, parce qu’il plus facile ainsi de se mettre à sa place. Dans les scènes érotiques, l’héroïne va avoir du désir bien entendu, mais si elle exprime l’envie de faire telle ou telle chose cela peut briser le charme. La lectrice pourrait ne pas s’y retrouver. D’ailleurs, c’est pour cette raison que cela reste très gentillet. Le mommy porn ou la new romance doit proposer une sexualité qui correspond à une norme sociale. Je ne pense pas pouvoir lire une scène de gang bang dans ce genre de roman. L’héroïne suit peut-être les indications de son amant, mais l’amant en question est en réalité l’objet sexuel de la lectrice. Tout ce qu’il fait, c’est pour plaire à la lectrice. On est sur une relation de domination à plusieurs niveaux. Il y a une relation domination du héros sur l’héroïne dans le roman et sur un second niveau, la lectrice domine le héros. Il doit satisfaire la lectrice, sinon il échoue dans son existence même.

Il est important de ne pas considérer le mommy porn, tout comme le porno ou n’importe quel livre, film ou œuvre créative comme modèle pour une relation sexuelle. Le but du mommy porn ou de la new romance est de créer le fantasme, d’apporter un plaisir. Quand on lit une scène érotique qu’on trouve bien écrite, qui nous correspond, on se sent émoustiller. Cependant, ce n’est pas pour autant que l’on cherche ça dans la réalité. Il faut garder à l’esprit qu’une œuvre créative permet d’alimenter le fantasme. L’éducation sexuelle c’est beaucoup plus sérieux et cela rend le sexe encore plus sympa.

Pour être honnête, même si je suis une féministe et que pour moi le consentement est le truc le plus important au monde. Quand j’ai mes petits fantasmes, je ne m’interroge pas si les personnes présentes sont consentantes ou non. Pour moi c’est évident qu’elles le sont. Et ça casserait tout mon petit fantasme de leur demander. Et bien le mommy porn/new roman pour moi c’est la même chose. Cela casserait tout. Par contre, dans la réalité, mon consentement et celui de mes partenaires c’est juste la base de toute relation. Fantasme et réalité sont deux choses très différentes. Franchement, quel milliardaire irait à se faire chier avec une prolétaire comme moi ? J’existerai même pas pour lui, il dirait juste « oh encore une fille moche, banale et qui ne sait pas s’habiller » (Ce qui est la description de base d’une héroïne de mommy porn).

Je comprends que le mommy porn soit jugé et critiqué. Il faut garder en tête que ce genre littéraire à apporter beaucoup et que cela ne reste que de la fiction. Et puis que surtout que personne ne s’offusque que l’on trouve des scènes de tortures atroces ou des foutus pédophiles dans les thrillers alors que c’est même pas annoncé ! Quand je regarde un film d’horreur, je m’attends à ça, pas quand je lis un livre qui me promet une intrigue sombre et intriguant à la base. Le mommy porn au moins on sait à quoi s’attendre. Le thriller moi j’ai arrêté ce genre à moins qu’on me dise : « c’est bon, tu peux le lire, y a pas de torture ». Les défauts du thriller ne retirent par ceux du mommy porn ou les critiques que l’on peut faire vis-à-vis de ce genre. Mais juste encore une fois, on préfère critiquer un genre littéraire qui met en scène la sexualité féminine, que des romans beaucoup trop violents (et qui ne préviennent pas de cette violence).

28 réflexions sur “Le mommy porn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s