Le déménagement d’une lectrice #2

Et merde. Je vais vraiment partir. Ouais, mes bibliothèques sont vides et les seuls livres qui restent sont ceux que les potes vont récupérer. Il n’y a plus rien. Heureusement que je peux compter sur ma fidèle liseuse tea en attendant le jour J, où je vais déménager. Jour qui a sacrément intérêt à arriver vite, parce qu’en attendant, je ne rachète pas un seul livre. J’ai jeté un regard à ma bibliothèque et j’ai dit : OK, faut faire du tri.

P1000024

Je pensais me connaître en tant que lectrice. Je passe mon temps à écrire sur ma vision de la littérature et à défendre un anti-élitisme de la littérature. Mon credo ? Un livre est un parfait objet contondant pour frapper ceux qui jugent ma manière de lire. Sauf que, ma bibliothèque m’a révélé que j’avais encore un peu du mal à appliquer ce principe. Mon égo en a pris un coup. Je dois le reconnaître.

Il y a par exemple Le marteau des sorcières qui est un documentaire sur l’inquisition chrétienne. Cela fait plus de dix ans qu’il est dans ma bibliothèque et… je n’ai toujours pas dépassé l’introduction. Alors pourquoi est-ce que je le garde ? D’autres livres auraient été éjectés depuis tellement longtemps et si j’ai été intéressée par l’inquisition à un moment, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. Bien entendu si tu m’annonces qu’il y a un musée ou une exposition sur le sujet, j’y vais directe. Mais je ne passe plus de longues heures sur le net à me renseigner dessus. (Et là je viens de te révéler un de mes aspects sombres de ma personnalité qui fait que je passe parfois pour une meuf cheloue/dangereuse).

Et puis il y a ces livres, le second tome de Victorian Fantasy et Appelle-moi par ton nom. J’avais tellement d’attente en eux. Je les ai gardés, car ils ont tout pour me plaire. Sauf que je m’ennuie comme un véracrasse quand je les lis. Je m’endors dessus. Donc je les mets de côté pour lire quelque chose de plus sympa. Je les ai gardés, parce que j’avais l’espoir qu’un jour prochain, ils me plairont. Mais si je suis honnête, jamais ça ne marchera. Pour que j’apprécie un livre, il ne suffit pas qu’il coche un certain nombre de critères, il faut un feeling, il faut que je sois absorbée.

Il y a aussi ceux du salon du livre. J’ai l’auteur, l’autrice, devant moi avec ses grands yeux de chatons. Personne ne lui prend de livre, je me dis : mhe c’est pas si mauvais et je le prends. Si c’était en librairie, sur internet et très loin du regard de l’auteur, l’autrice, jamais je n’aurais pris ce livre. Je me sens tellement coupable de ne pas prendre un livre quand l’autrice, l’auteur, me regarde et me parle avec entrain de son livre et je me dis « nan mais en fait je trouve ton bouquin nul ». Déjà dans ma tête je me dis qu’il est nul ce qui est loin d’être sympa et en plus, je pense, à cet.te autrice, auteur, voulant juste partager et cette personne a le droit à moi qui bafouille une excuse et qui dis que je vais acheter le livre plus tard. Alors que tout le monde sait que je le ferais jamais. (Mais je l’ai fait pour les sœurs Carmines !)

Enfin, il y a ces livres pour le blog. Par exemple, je rends sa liberté à un livre qui n’est plus édité sur l’une des sorcières de Salem. Ou bien il y a m’a mini collection sur le mythe arthurien qui attend que je lise tous les romans et parle enfin de ce sujet sur le blog. Je me sépare de certains, car si la lecture a un véritable intérêt littéraire, ce n’est pas des livres que je relirais par la suite.

Ce tri m’a fait réfléchir sur ma manière de consommer la littérature. Mis à part les livres que je prends de manière conscience pour l’intérêt littéraire avant tout, j’ai encore ce sentiment d’obligation vis-à-vis de la littérature. J’espère réussir un jour m’en défaire. Ce tri m’a aussi permis de redécouvrir que j’avais des livres géniaux et ce fut avec regret que je les ai mis dans les sacs pour les emporter. J’avais envie de les lire, là, maintenant, tout de suite !

Et puis il y a les livres dont je ne veux plus. Mon objectif est d’en emmener le moins possible dans mon nouvel appartement. Pour cela, j’ai d’abord proposé à mes potes des titres qui pourraient potentiellement leur plaire. Le reste ira tout droit dans des boîtes aux livres au fil des jours. Je n’aime pas vendre mes livres, étant une personne qui a la possibilité d’en acheter régulièrement, je préfère en faire don à des boîtes aux livres, associations, etc. Quand j’étais ado, puis étudiante, je n’avais pas les moyens de m’acheter des livres. On me les offrait. J’empruntais donc beaucoup ou j’essayais d’en récupérer de manière gratuite. Et je suis vraiment reconnaissante d’avoir pu lire malgré mon manque de moyens, c’est à mon tour de partager.

Ma bibliothèque est vide et… cela me fait bizarre. C’est l’étape la moins sympa de mon déménagement. Fort heureusement, la prochaine étape va être de trouver une super bibliothèque pour mon prochain appartement ! (Ah oui et signer le bail ça serait pas mal aussi.)

16 réflexions sur “Le déménagement d’une lectrice #2

  1. Sophie dit :

    Bravo à toi d’avoir réussi à trier. Je suis incapable, à quelques rares exceptions, de me séparer de mes livres. Avoir des bibliothèques qui débordent autour de moi me rassure…
    Et bravo aussi pour mettre tes livres dans des boîtes à livres. C’est vrai qu’il est important de rendre aux autres ce dont on a pu soi-même profiter… mais beaucoup ne réagissent pas comme toi. A une époque où j’arrivais encore à me délester de livres, je sais que les Restos du coeur et le banque alimentaire de ma ville m’en avaient pris pas mal, pour les distribuer avec les paniers de nourriture… j’avais trouvé cette initiative géniale.
    Bon courage pour la suite, et si, avec ton article sur le tri, tu arrives à me faire enlever quelques livres de mes étagères, ça tiendra du miracle^^ Mais pas de pression 😂😂😂

    Aimé par 1 personne

  2. tsllangues dit :

    Félicitations pour le déménagement! Figure-toi que tes articles sur ce sujet tombent à pic parce que moi aussi je suis en plein dedans!
    Ma p’tite difficulté en plus, c’est que comme je déménage à 5mn de mon logement actuel (dépaysement bonjour), on se fait tout en « chargés comme une mule dans la rue/moult aller-retour en voiture ». Bref, j’ai pas de costauds qui vont me porter mes cartons de livres.
    Ma p’tite facilité en plus, je la dois à ma crise de minimalisme qui m’a prise il y a quelques mois: la folie du tri s’est emparé de moi et j’ai donné (moi aussi je donne, c’est plus sympa) au moins 10 cartons de livres lus et que je ne relirai pas.
    Je me rends compte que j’entasse surtout les livres lus. Pour peu qu’ils m’aient plu, il y a comme un lien qui se tisse et j’ai besoin de les conserver, un peu comme un(e) inconnu(e) avec lequel tu passes un bon moment et qui devient un ami. De temps en temps j’ai un excès de lucidité qui me fait prendre conscience que même si certains sont bien, plein de livres valent le coup d’être découverts au lieu de relire les anciens, alors je m’en sépare. Et puis il y a les indétrônables que j’ai déjà relus des dizaines de fois et relirai encore et encore: avec ceux-là, c’est à la vie à la mort!
    Pour les livres à lire, je m’autofeinte: j’ai acheté un beau panier en osier dans lequel j’entrepose tous mes livres à lire (j’aime avoir du choix quand j’attaque une nouvelle lecture. J’arrive à en caser environ 25 en format poche): s’il me reste de la place dans le panier, je me permets d’en acheter, si le panier est plein: lis-en un et on en reparle. Ca limite bien, et ma PAL a été transportée en un seul voyage!

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Hoo c’est géniale que tu déménages ! Vous allez dans plus grand ? 😀 Bon courage pour le transport des meubles et des affaires. Si je vais me faire livrer tous les meubles (vu que je dois tout acheter haha), c’est une autre limonade en ce qui concerne mes affaires…

      Je n’en ai pas parlé, mais j’ai aussi un lien avec les livres lus et ce qui fait que pas mal de livres je ne me suis pas détachés justement parce que je les avais lus et je me disais : mais si je veux les lire un jour… ? Alors qu’honnêtement non, je le ferais jamais.

      J’adooore ton idée de panier :O C’est une superbe idée je trouve pour éviter les achats compulsifs alors qu’un certains nombres de livres attend déjà d’être lus !

      Aimé par 1 personne

  3. Ewylyn dit :

    Je fais régulièrement du tri depuis quelques mois, mais je sais que le jour où je vais devoir emménager seule, je vais m’amuser pour les déplacer ^^ » Il en reste toujours autant, même après plusieurs tris. Je me reconnais un peu dans ce texte !

    Aimé par 1 personne

  4. Caro Bleue Violette dit :

    Il n’y a rien de chelou à aimer les histoires de sorcières, mêmes si elles sont vraies ! (les histoires, pas les sorcières. De toute façon, les vraies sorcières s’en sont sorties, elles ^^). Pour la petite anecdote, j’ai failli faire mon mémoire de master sur les sorcières de Salem mais ma directrice de mémoire a refusé le sujet (grrrrr. Mais j’adorais le sujet que j’ai finalement choisi donc ça va).

    J’étais comme ça aussi, je gardais des tas de bouquins dont je savais pourtant que je ne les commencerais/finirais jamais. Puis au cours de mon dernier déménagement en 2014, comme j’allais avoir moins de place, j’ai été obligée de faire un tri dans mes bouquins… ce fut un déclic, lol ! Depuis je n’ai plus de souci à faire régulièrement du tri dans mes bibliothèques.

    Je revends mes livres en anglais sur Internet (parce que personne n’en veut, même dans la boîte à livres ils ne partent pas, j’ai testé avec deux bouquins, ils y sont restés deux mois, j’ai fini par les récupérer ^^) et je donne ceux en français.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Le marteau des sorcières ne parle pas des sorcières, en fait c’est un traité de l’inquisition qui sert à débusquer sorciers, sorcières et tout celles et ceux qui ne sont pas de bons chrétiens en fait. (Juifs, cathares, etc.) C’est un ouvrage très intéressant, mais clairement de fanatiques.

      Si tu aimes les sorcières de Salem, tu vas apprécier le prochain dossier littéraire qui est sur ce thème ! Je dois encore lire un roman et la pièce d’Arthur Miller sur le sujet.

      Tu as fait sur quel sujet ton mémoire finalement ? 🙂

      Le vrai premier tri est difficile. D’habitude ça va, mais j’ai eu quand même un pincement au cœur avec celui-ci. Probablement dû au fait que je le fais pour la première fois dans le cadre d’un déménagement.

      Ah ce n’est pas pratique pour les livres en anglais 😮 Mais bon du coup cela te fait des sous !

      J'aime

      • Caro Bleue Violette dit :

        Ah ok pour Le marteau des sorcières (et effectivement, eeew). J’ai lu la pièce de Miller quand j’étais à la fac, je l’avais trouvée très intéressante (en revanche, je ne me rappelle pas ce que j’ai pensé du style de Miller ^^).

        Mon sujet de mémoire était l’immigration irlandaise aux USA, de 1850 à 1950 (j’ai fait un master d’anglais, spécialisé en civilisation du monde anglophone ^^). C’était absolument passionnant et heureusement parce que je t’avoue qu’au bout de 3 ans à travailler dessus, même en adorant mon sujet, je ne pouvais plus me le voir en peinture 😛

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s