Autrices inspirantes

Quand on parle de sources d’inspiration dans la littérature, on pense avant tout aux livres. Mais est-ce que tu as déjà pensé aux auteurs ou autrices qui pouvaient être inspirantes en tant qu’être humain tout simplement ? Alors que je lisais un roman d’Amélie Nothomb, j’ai été frappée par la source d’inspiration qu’elle pouvait être et je me suis rendu compte que plusieurs autrices avaient marqué ma vie et étaient devenues des sources d’inspirations pour moi.

inspiration

Je ne sais pas pour toi, mais si j’ai entendu cinquante millions de fois à quel point J.K. Rowling a eu une vie difficile et à quel point elle a été forte et courageuse, elle n’a jamais été une source d’inspiration pour moi. Je pense que c’est dû au fait que je n’ai jamais eu vraiment d’intérêt pour l’autrice de la saga Harry Potter, ce n’est pas faute d’en avoir parlé dans la série portrait d’autrice. Donc, elle ne sera pas citée dans cet article comme étant une femme qui m’a inspirée. Cela fait un peu brut de décoffrage dit comme ça, mais tu pourrais t’interroger sur sa non-présence. J’ai l’impression qu’elle est l’incarnation même de l’autrice inspirante sur internet, donc je voulais quand même en parler.

Je ne sais pas trop comment Amélie Nothomb a atterri ici, pourtant c’est elle qui m’a inspiré cet article. Dans Ni d’Eve, ni d’Adam, elle y raconte la période de sa vie adulte où elle a vécu au Japon avant de devenir autrice. Il y a quelque chose d’incroyablement vivant dans cet écrit, ce n’est que la vérité pure et dure. Elle suit avant tout son instinct. Parfois suivre son instinct fait faire des erreurs, mais le plus souvent, on se retrouve à faire des trucs plutôt incroyables. Et cela se retrouve dans son écriture, elle expliquait dans une interview, qu’elle ne gardait que l’essentiel dans ses romans, que ce qui était vraiment important. Et cette phrase m’a frappée. Je ne pensais pas qu’on pouvait l’appliquer à la vie, mais cette manière dont elle a raconté cette période de sa vie au Japon m’a prouvé que si. Ne gardait que l’essentiel dans sa vie, que ce qui nous importe vraiment pour donner plus d’intensité et de réalité.

Je n’arrête pas de vous parler d’Audrey Alwett sur le blog, mais elle a forcément une place dans cet article. J’ai lu une interview d’elle où elle n’hésitait pas à dénoncer le sexisme dans le milieu littéraire ou même un article où elle prenait ouvertement et publiquement la parole sur le sujet. Elle a eu une manière d’en parler et de le raconter, que cela m’a frappée et m’a donné la force d’affirmer à mon tour mes convictions. Je n’hésite plus à parler de féminisme ou bien de végétarisme à mon entourage et au travail. Je prends le temps d’expliquer pourquoi c’est important et j’accepte en souriant que l’on me dise que ce que je pense c’est complètement débile et que je fais probablement partie d’une secte. Je m’accroche, parce ce n’est pas en gardant mes idées pour moi que je pourrais faire changer les choses. En parler et amener la réflexion chez l’autre est important. C’est loin d’être facile, parfois j’ai carrément l’impression d’être une extrémiste, mais c’est juste qu’elle m’a aidée à comprendre l’importance d’affirmer ses convictions et de se battre pour elles. Tant qu’on le fait dans le respect de l’autre, ça ne sera jamais de l’extrémisme.

Et puis il y a Élisabeth Gilbert, elle est connue pour son roman Mange, Prie, Aime. Je l’ai personnellement découverte dans son livre de développement personnel Comme par magie. Son livre est d’ailleurs l’une de toutes mes toutes premières chroniques sur le blog. Sa manière dont elle appréhende la créativité m’a permis de prendre du recul vis à vis dont je voyais mon rapport à l’écriture. Pendant plus de dix ans, j’étais dans l’écriture fictionnelle et j’ai eu un blocage, je n’y arrivais plus, je n’avais plus de plaisir, plus rien. Sa manière de dédramatiser la créativité, de lui donner de l’importance, tout en lui interdisant de devenir nocive a eu quelque chose de très libérateur. Et si j’ai ouvert ce blog et que je m’éclate dans l’écriture sous la forme non fictionnelle, c’est en partie grâce à son livre et la manière dont elle a su poser les mots dont j’avais besoin.

Il est rare que je m’intéresse à la personne derrière le livre, souvent il apparaît que ce sont des personnes banales, voire décevantes. Mais d’autres fois, on découvre par hasard que la personne est une belle personne. La littérature, ce n’est pas que des livres, c’est aussi les personnes qui sont derrière.

Et toi, est-ce que tu as des autrices ou auteurs qui t’inspirent en tant que personne ?

24 réflexions sur “Autrices inspirantes

  1. Chris Bellabas dit :

    Superbe idée d’article et article tout aussi superbe… et inspirant ( 😉 ).

    Je ne connais pas Audrey Alwett, mais ce que tu dis sur elle me donne envie de faire sa connaissance. C’est vrai, il est important d’oser s’affirmer et affirmer ce en quoi on croit. Moi, c’est Bernard Werber qui m’a donné cette leçon que je m’applique désormais à mettre en pratique tous les jours. Comme j’ai pu l’expliquer dans mon article « les 9 œuvres littéraires qui m’ont marqué à vie », c’est d’ailleurs à lui que je dois le courage d’avoir quitté mon CDI de juriste pour me lancer dans le métier d’écrivain public, et aussi d’écrivain tout court.

    Maxime Chattam est aussi un modèle humainement et stylistiquement parlant. En fait, je crois qu’inconsciemment, il est un peu l’homme que je voudrais être. Mais j’ai bien conscience que ne le connaissant pas personnellement, j’aime sans doute plus un fantasme que l’homme réel, et cela m’amène à la question suivante : est-ce une bonne chose de rencontrer ces héros au risque de découvrir qu’ils ne correspondent pas vraiment à l’image qu’on s’en est faite ?

    Chris

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      J’ai eu la chance de rencontrer Audrey Alwett au salon de Montreuil et elle est encore plus fantastique en vrai ♥ C’est génial quand un auteur te donne le courage de changer et d’avancer dans ta vie je trouve ! C’est vrai que l’on se fait très souvent l’image d’une personne et puis on est déçu quand on découvre la réalité. Je pense que c’est pour ça que J.K. Rowling ne peut pas être présente dans cette liste, parce que ces dernières années, elle m’a déçue. Je ne me retrouve plus en elle.

      Aimé par 1 personne

    • Caro Bleue Violette dit :

      C’est justement un peu le souci que j’ai depuis quelques mois avec J. K Rowling. Comme je le dis dans mon commentaire, c’est l’autrice contemporaine que j’admire le plus et elle est une réelle inspiration pour moi. Cependant, elle peut parfois tenir des propos assez problématiques sur Twitter et j’aurais préféré ne pas connaître cet aspect d’elle…

      Agatha Christie, que je cite dans les autrices qui m’inspirent le plus, émet parfois des remarques problématiques sur certaines catégories de la population dans ses romans, mais là je prends en compte le contexte de son époque. C’est la même chose pour Margaret Mitchell (que j’ai oublié de citer) : Autant en emporte le vent est l’un de mes romans favoris, ainsi que mon film préféré – mais je suis consciente de ses aspects problématiques (comme je dis toujours on peut parfaitement aimer une oeuvre problématique tant qu’on reconnaît qu’elle l’est ^^). Mitchell a décrit la Guerre de Sécession et l’effondrement du Vieux Sud du point de vue de ses personnages (et probablement du sien aussi) qui sont Sudistes – c’est donc forcément subjectif et là encore, il faut prendre en compte le contexte de l’oeuvre.

      Rowling n’a pas vraiment « l’excuse » du contexte, donc c’est plus compliqué (et je m’arrête là parce que je fais du hors-sujet ! 🙂 )

      Aimé par 2 personnes

      • Babitty Lapina dit :

        Les propos qu’elle tient sur twitter me dérangent aussi, c’est pour ça qu’elle ne peut pas (ne peut plus) être inspirante pour moi. Il est important que la personne qui m’inspire me donne l’impression qu’elle soit en accord avec mes valeurs.

        Mais du coup oui, si certaines personnes ont l’excuse du contexte, ce n’est pas le cas de Rowling et c’est important je pense de contextualiser. Mais ne t’arrête pas, c’est pas hors sujet au contraire, c’est super intéressant !

        Aimé par 1 personne

        • Caro Bleue Violette dit :

          Je t’avoue que j’essaie de faire un peu l’autruche pour Rowling… Mais bon si elle continue comme ça, je ne vais pas pouvoir continuer encore longtemps. Je suppose que je peux toujours continuer à admirer son parcours, même si je ne peux plus admirer la personne.

          J’ai vu passer l’argument du contexte pour Rowling en ce qui concerne la représentation dans ses romans, vu que le premier tome de Harry Potter est sorti à la fin des années 90. Certes, il est vrai qu’on parlait beaucoup moins de toutes ces problématiques à l’époque. Mais avec Fantastic Beasts, le prétexte du contexte ne fonctionne clairement plus.

          Concernant l’orientation sexuelle de Dumbledore, personnellement j’ai compris tout de suite en lisant le tome 7 qu’il était gay (bien avant que Rowling ne le confirme) et honnêtement jusqu’à récemment cela ne me paraissait pas important que ce soit explicitement précisé parce qu’en fait on s’en fiche de l’orientation sexuelle de Dumbledore, non ? Mais il y a quelques mois, en voyant toutes les discussions à ce sujet sur les RS, j’ai réalisé que je pensais comme une hétéro cis-genre qui n’a jamais eu de problèmes de représentation. J’ai réalisé à quel point c’était important pour la communauté LGBTQ+ d’avoir des personnages qui les représentent, surtout dans des univers qui ont la portée qu’à celui d’Harry Potter.

          C’est l’une des raisons pour lesquelles j’apprécie Twitter : ce RS m’éduque beaucoup sur toutes ces problématiques 🙂

          Aimé par 2 personnes

          • Babitty Lapina dit :

            Autant sur la saga Harry Potter en elle-même je ne lui fait pas de reproche, car oui il y avait le contexte de l’époque. Autant avec les animaux fantastiques et l’enfant maudit je suis plutôt agacée, voir franchement énervée. Surtout en ce qui concerne la relation Albus/Scorpius : on est tout comme un couple, mais olalala attention on est SURTOUT PAS GAY. Heu… Ok merci. Et en plus certaines de ses interventions twitter sont pas forcément toujours au top…

            C’est vrai qu’avec twitter on apprend beaucoup, par contre c’est un RS assez violent je trouve. Personnellement ce qui m’a bien aidé à changer de perspective c’est le forum madmoizelle ! Je ne suis plus dessus, mais il m’a permis de comprendre pas mal de problématiques de société 🙂

            Mais la représentation dans la littérature est importante oui ! J’avais envisagé d’en parler pour la présence de personnages homosexuels. Mais cela prenait un ton trop personnel à mon goût. Faudrait que je revienne dessus tout de même ça peut être intéressant.

            J'aime

  2. Caro Bleue Violette dit :

    J. K Rowling est effectivement l’autrice contemporaine qui m’inspire le plus. J’ai énormément d’admiration pour son parcours et c’est probablement le seul écrivain vivant que je vénère (parce qu’en règle générale les auteurs et autrices que je vénère le plus sont mort-e-s depuis plusieurs décennies, voire plusieurs siècles ^^).

    Je n’ai jamais vraiment lu Amélie Nothomb (j’avais essayé il y a très longtemps, avec l’un de ses premiers romans mais je n’avais pas accroché du tout. Cela dit, un de ses derniers livres, Pétronille, est sur ma wishlist parce qu’on me l’a personnellement recommandé en me disant que ça allait me plaire). Cela dit j’aime bien sa personnalité en interview et j’apprécie son côté fantasque.

    Je connais Audrey Alwett de nom pour ses BD Princesse Sara.
    Et étant également féministe et végétarienne,je connais ce sentiment d’être prise pour une extrémiste…

    J’ai beaucoup aimé « Mange, prie, aime » que j’ai lu il y a quelques années, et j’ai Big Magic (Comme par magie) dans ma PAL.

    Pour les autres autrices dont la vie et les œuvres m’inspirent le plus, je citerai : Jane Austen, les sœurs Brontë, Daphne du Maurier, Agatha Christie, Virginia Woolf, Louisa May Alcott, Emily DIckinson (ma poétesse favorite), Sylvia Plath.

    Aimé par 1 personne

  3. Babitty Lapina dit :

    Je pense que J.K. Rowling doit être sur la liste de beaucoup de personnes ! x) C’est plus difficile d’avoir un tel rapport avec un.e écrivain.e vivant.e, à cause de la déception qu’il ou elle peut brusquement nous apporter (cf. ton commentaire sur celui de Chris sur lequel je répond après haha)

    Je n’ai pas encore lu Pétronille ! J’ai découvert Amélie Nothomb avec Acide Sulfurique qui est l’un de mes romans préférés de tous les temps. Une émission de télé réalité camps de concentration faut le faire et elle arrive à en faire quelque chose de génial. J’aime beaucoup aussi ses réécritures des contes de fées ! En particulier Barbe Bleue. Je ne suis pas fan de tous ses romans, mais la plupart sont vraiment sympa !

    Princesse Sarah est une superbe série *-*

    Copine extrémiste o/

    J’hésite à lire mange, prie, aime. Autant sur internet j’ai vu de supers retours, autant dans mon entourage je n’ai entendu que des critiques négatives dessus.

    J’adore les soeurs Brontë et Jane Austen ♥ J’aimerai bien faire un dossier littéraire sur la littérature anglaise de leur époque.

    J'aime

    • Caro Bleue Violette dit :

      Pour « Mange, prie, aime » en fait c’est lié à la personnalité de l’autrice : soit tu accroches et ça passe très bien (personnellement je me suis identifiée à elle à certains moments donc forcément c’est très bien passé), soit tu la trouves exaspérante et autocentrée (ce sont les reproches que j’ai le plus souvent vus passer au sujet de Gilbert) et forcément, ça ne passe pas du tout 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Babitty Lapina dit :

        Huuum, mais il me semble que le roman est un récit autobiographique (ou tout du moins en grande partie) et tout. En plus elle n’était pas dans la période la plus drôle de sa vie au moment de son écriture… Du moins c’est ce que j’avais cru comprendre dans ce qu’elle racontait dans Comme par magie. Il faudrait que j’essaie un jour tout de même pour me faire ma propre opinion !

        J'aime

        • Caro Bleue Violette dit :

          C’est totalement autobiographique, oui. Et effectivement, elle venait de vivre un divorce, ainsi qu’une autre rupture amoureuse juste derrière et elle était en pleine crise existentielle. Du coup elle s’interroge pas mal sur son petit nombril et c’est un aspect qui a déplu à pas mal de gens… alors que c’est justement le but de son périple et du bouquin, mais bon 🙂

          Aimé par 1 personne

  4. Sophie dit :

    Bravo pour ton courage dans ta déclaration concernant JK Rowling. Les Potterheads peuvent être rancuniers parfois…
    Je ne connais Audrey Alwett que par ses prises de positions, mais pas encore pour ses textes, et tu me donnes encore plus envie de découvrir ses livres.
    Ces femmes qui prennent leur vie en mains, voire le pouvoir, sont inspirantes. Très bel article.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Ils peuvent l’être un chouia oui x) Mais moins qu’avant je trouve. Je le vois surtout sur les articles de la gazettz du sorcier où c’est plus calme et je vois beaucoup moins : Rowling notre reine / notre déesse qui me met très mal à l’aise (à la limite reine, mais déesse…) Je pense que l’enfant maudit + certaines déclarations twitter + l’âge des fans font que c’est plus calme. Sauf si tu oses faire une Hermione noire… 😑 Alors là la moitie des commentaires sur le fanart (et encore je suis gentille) sont : mais elle est blaaaaaanche !!!!!! Ce qui a tendance à m’exaspérer.

      J’ai fait un portrait fictif d’Audrey Alwett et une chronique de son roman Les poisons de Katzhra si tu veux découvrir un peu ce qu’elle écrit 😊
      Moi aussi je trouve genial de pouvoir trouver des modèles parmi les autrices !
      Merciii !

      J'aime

  5. Ada dit :

    Je ne connais pas du tout les deux autres dont tu parles ! (mode inculte activé) Je n’ai pas apprécié le dernier roman que j’ai lu d’Amélie Nothomb, donc elle n’est pas une source d’inspiration à mes yeux. Par contre, elle est vraiment super sympa, je ne ressens pas du tout de prétention de sa part malgré son succès, c’est assez admirable ! Il y en a qui prennent la grosse tête pour moins que ça…

    J’ai honte de l’avouer mais je n’ai pas encore d’autrices inspirantes car j’ai très peu lu d’autrices… J’aurais bien aimé dire les soeurs Brontë mais je n’ai lu qu’un roman de Charlotte et Emily, je n’ai même pas lu celui d’Anne… Je ne me sens pas légitime du coup. Je dois toutefois avouer que Toni Morrison, Svetlana Alexievitch et Alice Munro pourraient en faire partie. C’est intéressant ton article, ça remet en question ce que je lis.

    Pour J.K. Rowling, je l’ai aussi en travers de la gorge. Mais à mon avis, pour « L’enfant maudit » et « Les animaux fantastiques », elle n’a clairement pas dû être la seule à avoir son mot à dire… Je lui reprocherais de ne pas avoir assez insisté, sûrement. Toutefois, je continue à la suivre sur Twitter car elle peut avoir des propos très intéressants aussi. Je suis un peu plus ambivalente à son propos, bien qu’elle ne fasse effectivement pas partie de mes potentielles autrices inspirantes.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Amélie Nothomb c’est le genre d’autrice que les gens adorent ou alors n’accrochent pas du tout. Elle a un style très particulier, elle ne laisse rien au hasard et se contente de l’essentiel. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup chez elle personnellement. Mais oui, on ne peut pas lui reprocher d’avoir pris la grosse tête, elle est d’une incroyable gentillesse ! Je n’ai jamais eu la chance de la rencontrer, mais j’aimerai bien un jour.

      Audrey Alwett est une scénariste de BD, directrice de la collection de fantasy Bad Wolf chez Actuf SF et l’autrice des poisons de Katharz l’un des meilleurs romans de tous les temps ♥ Elizabeth Gilbert est surtout connue pour son roman autobiographique Mange, Prie, Aime qui a été adapté au cinéma.

      Je pense aussi qu’elle n’était clairement pas seule pour « L’enfant maudit » et « Les animaux fantastiques », mais par exemple l’appropriation culturelle qu’elle a eu avec le nom des écoles pour l’école américaine ou encore le fait que l’école japonaise se nomme « magie magie » ou simplement certaines intervention sur twitter que j’ai trouvé moyen moyen. Après ce n’est pas pour autant que j’irais à la critiquer et dire que c’est une mauvaise personne.

      Ta remarque sur les autrices m’a inspiré pour un article que je suis en train d’écrire là : comment lire plus d’autrice ! Personnellement, j’ai tendance à lire beaucoup d’autrices parce que je lis des genres où elles sont omniprésentes. Par contre, j’ai dû faire un effort pour lire autre chose que de la littérature anglo-saxonne, maintenant ça va mieux, j’ai une bibliothèque nettement plus diversifiée !

      Aimé par 1 personne

      • Ada dit :

        Je te le souhaite, je l’ai juste croisé et ça a l’air d’être un ange !

        Je regarderai plus en détails c qu’elles ont fait, ça m’intrigue.

        Tu m’apprends des choses, je ne savais pas du tout ! Sur Twitter, pareil, je ne l’ai pas trouvé toujours très cool… Du coup, je la surveille, aha.

        Ah ben je lirai ça avec grand plaisir alors 😀

        Aimé par 1 personne

  6. lutinreveurblog dit :

    J’avoue avoir été déçue de JK Rowling et de son opinion concernant l’affaire Johnny Depp mais c’est clair que son histoire reste inspirante mais je n’irais pas voir ses films (c’est une opinion très personnelle)
    Perso, j’aime beaucoup Ursula Leguin, Gudule, Agatha Christie, Margaret Atwood et Robin Hobb.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s