Et la poésie? Une épuisette à étoiles.

C’est quoi la musique ?
C’est du son qui se parfume
C’est quoi l’émotion ?
C’est l’âme qui s’allume
C’est quoi un compliment ?
Un baiser invisible
Et la nostalgie ? Du passé comestible

Début de la Vie c’est quoi d’Adelbert.

joseph-fiennes_trans_NvBQzQNjv4Bq6f7LZ7seCW96zliyTYX6ViIMpBIiS72GQ3QPBtusw-s

Shakespeare se demandant pourquoi on parle rarement de poésie sur les blog

Maintenant, allume le son et clique sur ce lien, fais-moi confiance et laisse-toi emporter par la mélodie. Ce début de poème peut sembler mignon, mais pas très intéressant non plus. Et puis si on rajoute une voix — ou deux — et une mélodie toute simple pour l’accompagner, ces quelques lignes prennent une tout autre dimension. La poésie est un genre littéraire plutôt mal aimé. Sur les blogs je ne vois quasiment jamais parler de poésie. Et si l’on fait l’éloge des classiques, c’est toujours pour parler de romans, à la limite de nouvelles et quelques fois de théâtre (et encore !). La poésie ? Rare sont celles et ceux qui répondent présent pour la défendre. Je ne vais pas te juger, moi-même dans mon esprit la poésie était liée un peu naïvement aux commentaires de cours de français. Pourtant la poésie, on en écoute toute la journée, il suffit d’allumer la radio et tes oreilles se remplissent de poésie.

Eh oui ! La chanson est une forme de poésie. Troubadours et trouvères racontaient leur récit en chanson de geste, mais je reviendrai dans un autre article sur ce genre bien particulier. Bien entendu, ce n’est pas toujours évident de voir l’aspect poétique d’une chanson. LinksTheSun propose une série de vidéos super intéressants où il analyse les chansons et donc on peut voir qu’elles sont construites comme de la poésie. Là je vois tout de suite venir les critiques : ouais, mais naaan, la chansons c’est pas aussi bien construit que Baudelaire, Appolinaire, cela ne vaut pas la vraie poésie. Chut. Ne dis rien. Et écoute Roméo kiff Juliette de Grand Corps Malade. Écouter de la poésie, c’est aussi écouter une interprétation. Quand Serge Gainsbourg chante le poinçonneur des Lilas (clique ici pour écouter), la version originale est largement dépassée par la merveilleuse interprétation de GiedRé (c’est ici pour écouter). Dans la version de GiedRé, le texte prend une magnifique dimension désespérée qui brise le cœur. La poésie cela s’écoute.

On n’apprend pas à lire de la poésie. On apprend à lire un récit, à suivre une intrigue, à s’intéresser à des personnages. La poésie cela ne se lit pas de cette manière. Tu peux prendre un recueil de poèmes et te contenter de lire les poèmes les uns après les autres. Personnellement, je préfère prendre un poème au hasard ou bien qui m’a marqué, le lire une fois, parfois — souvent — plusieurs fois. Il faut se laisser emporter par les mots, parfois on comprend le récit glissé derrière les mots, mais d’autres fois on est juste emportée, cela est plaisant, sans raison. La poésie n’a pas forcément besoin d’avoir un sens. pour être appréciée. C’est le genre littéraire de l’émotion. Il y a une musicalité dans les mots, la forme est presque plus importante que le fond. Souvent le fond c’est juste une idée un peu bateau, par exemple l’artiste maudit, le temps qui passe, etc. La forme elle, c’est elle qui fait surgir des émotions.

La difficulté de la poésie, c’est qu’elle est la grande oubliée du genre littéraire. Il peut donc être ardu de se lancer dans ce genre, on peut se retrouver très facilement hermétique. Un poème qui sera magnifique pour une personne n’aura aucun effet sur une autre. Le poème nous fait puiser dans notre propre expérience, dans nos souvenirs, dans ce que nous sommes au plus profond de nous. Je pense qu’il est très difficile de conseiller de la poésie. Je ne saurais trop comment le faire tellement c’est personnel. Enfin je dis ça, mais si tu as envie de te lancer dans la poésie, je te conseille le recueil édité par Gallimard Quelqu’un plus tard se souviendra de nous. Un recueil permettant de découvrir quinze poètesses européennes, russes ou américaines de l’antiquité au vingtième siècle. Je ne sais pas toi, mais personnellement malgré mes études de lettres modernes, je n’ai pas étudié une seule poètesse de toutes mes études et j’étais bien incapable d’en citer une seule jusqu’à ce que je découvre ce recueil.

6 réflexions sur “Et la poésie? Une épuisette à étoiles.

    • Babitty Lapina dit :

      Je n’ai écoute que trois chansons d’Adelbert et toutes destinées à un public jeunesse. Je les apprécie beaucoup, car derrière un message léger se cache un message beaucoup plus profond et ne prend pas les enfants pour des idiots comme le font parfois certaines chansons.

      Je préfère la version de GiédRé à celle de Gainsbourg. Je trouve qu’elle rajoute une dimension tragique et vraiment magnifique à la chanson avec son interprétation.

      J'aime

  1. Ada dit :

    Aha, il me semble l’avoir déjà signifié, mais la poésie et moi… Je sens qu’il faut que je lâche plus prise en en lisant. Mais tu as tout à fait raison : c’est le genre littéraire de l’émotion ! Je pense qu’en plus de ne pas la lire comme un roman, il faut aussi qu’on apprenne à apprécier à nouveau ce genre de saveurs. On est trop pragmatiques, trop dans la pseudo-rationalité, et je pense qu’en plus de ne plus savoir lire de la poésie sur la forme, on a du mal à être atteint par le fond… Mais ce n’est que mon avis !

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      J’avais ton commentaire en tête lors de l’écriture de cet article xD Le fond c’est comme la forme. Chaque poème nous parlera plus ou moins et selon le moment où on le lit on n’aura pas la même sensibilité.

      Et en même temps la poésie est un genre très autocentre, plus que les autres genres litteraires, plus qu’une autobiographie. Ce qui rajoute encore de la difficulté.

      Aimé par 1 personne

      • Ada dit :

        Ah mince, ça aussi, je l’ai trop fait connaître ? xD Oui, il faut aussi qu’il nous parle, c’est pour ça que je vais retenter la chose avec le recueil de poésie de Laurent Gaudé.

        Oui, c’est vrai, j’avais senti à l’époque où on étudiait de la poésie en cours que c’était très personnel. La beauté étant justement un aspect très subjectif… Difficile d’accrocher.

        (sinon, j’aime bien la version de GiedRé)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s