Dust

cvt_Dust_2857Date de publication : 02 avril 2015
Autrice : Sonja Delzongle
Genre : Thriller policier
Edition : Folio policier / Denoël
Formats : Broché, poche; e.book
Nombre de pages : 528 pages

Je dois te révéler un secret. Je suis une Madmoizelle, promis, je ne fais pas de faute d’orthographe, j’appartiens à la communauté du site madmoizelle.com et je suis une participante plus ou moins active du forum. Un jour, j’ai même défendu les couleurs du forum littérature pour prouver qu’il était le meilleur forum qu’il soit, fort de mes arguments à coup de GIF, j’ai gagné héhé. C’est donc assez naturellement que je me suis retrouvée membre du club de lecture du forum. J’apprécie beaucoup ce club de lecture, car on a une lecture en commune et c’est pour moi l’occasion de lire des livres que je ne lirais pas en tant normal. Je me suis donc donné comme mission de chroniquer chaque livre que je lirais avec le club de lecture de madmoizelle pour te présenter des lectures un peu différentes des miennes. Et je commence ce mois-ci avec un thriller policier ! Genre que j’apprécie, mais à très petite dose et dont j’ai pas mal de méfiance à cause de la violence que l’on peut trouver dans certains.

Hanhah Baxter profileuse française mondialement connue, mais vivant à New York (désolée la France ça ne fait pas assez rêvé), reçoit en pleine nuit un appel provenant du Nigeria. Le chef de la CID (force de police qui s’occupe de la sécurité nationale) a besoin a nouveau de son aide. Depuis plusieurs mois, dans toute la région sont retrouvés des croix de sangs, mais aucun cadavre…

Je ne vais pas plus loin, car le livre a deux intrigues majeures qui finissent par se rejoindre. La seconde intrigue commence bien plus tard dans le livre et je trouve dommage de l’évoquer dans le résumé. Cela gâche quelque peu le suspense. D’ailleurs, je regrette cette présence de doubles intrigues, chacune aurait pu se suffire à elle-même et la première intrigue (celle du résumer), se conclut comme un super soufflé au chocolat qui retombe quand tu le sors du four. C’est plein de promesses et au final tu te dis : ah. Tout ça, pour… ça ? Pendant ma lecture, j’ai eu le sentiment que ces deux intrigues étaient liées de manière artificielle et c’est très dommage. Ce qui explique en partie ma déception face à la conclusion de la première intrigue je pense. Je ne suis pas très tendre avec ce roman, car j’ai été ronchonne contre l’autrice durant toute ma lecture. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir le regard de la femme occidentale hyper méprisant sur l’Afrique. Enfin, méprisant, mais en même temps : ils ont de beaux paysages, on a le droit a une phrase sur les méchants colonisateurs, mais bon ce continent est quand même pourris jusqu’à la moelle, etc. etc. WOW. La violence quoi. Et je ne vais pas commencer à parler du traitement de la spiritualité ça m’a juste énervé. Ah oui. Flash info. Les végétariens ne mangent pas de poissons ! C’est une information super simple à avoir. J’ai été agacée par pas mal d’éléments comme tu peux le voir.

Ce roman fait un bel effort. L’autrice a intégré des personnages LGBT, mais ils ont l’air d’être là pour remplir les quotas. Il y a quelque chose qui sonne très faux avec eux. Je ne saurais trop expliquer pourquoi. Pour moi, tout ce roman est un bel effort, il y a de très bonnes idées, c’est plutôt, voir très bien écrit, c’est un roman qui se lit très rapidement et dont on veut savoir la suite. Par contre, cela accumule clichés sur cliché. Même moi qui ne trouve jamais le meurtrier j’ai fait la différence entre les vrais et faux indices. Ce n’est pas un mauvais roman, mais il se contente de cocher toutes les cases du bon petit thriller policier. Après, moi au niveau des romans policiers, ma référence c’est Agatha Christie. Du coup, j’ai tendance à mettre la barre pas mal haute.

Vais-je aimer ce roman ?

Si tu aimes ce genre littéraire et où tu ne te prends pas la tête, fonce. Malgré ses défauts, il est bien écrit et je trouve intéressant d’avoir placé l’intrigue au Kenya. J’ai quand même été dérangée de la manière dont s’est présenté. Dans le livre Les putes voilées n’iront jamais au Paradis le regard que portait l’autrice sur le pays ne me dérangeait pas, car c’est son pays. Et n’ayant pas apprécié le traitement de la spiritualité du personnage, de l’aspect LGBT ou ce qu’elle dit sur le végétarisme, je me suis fait une image pas vraiment chouette de l’autrice. Elle est peut être une personne très charmante, mais son roman ne m’a pas envie de découvrir son univers et donc d’apprécier vraiment ma lecture.

6 réflexions sur “Dust

  1. DF dit :

    Je pourrais m’y plonger un de ces quatre, mais pour des raisons un brin étrangères à l’intrigue. En effet, j’avais repéré ce roman à sa sortie, il y a une couple d’années, parce qu’il porte le même titre qu’un roman en deux tomes signé de l’écrivaine suisse Gwénaëlle Kempter. Si tu aimes les ambiances western modernes, c’est pour toi: http://www.gwenaelle.ch et aussi http://www.plaisirdelire.ch/kempter-gwenaelle .

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    J’allais dire « oh mais faudra pas lire la quatrième de couverture alors » mais tout ce que tu as dit du reste m’a complètement refroidie ! Elle a fait un effort, certes, mais justement, elle l’a sûrement fait pour passer pour quelqu’un de progressiste et pas dans l’optique de visibiliser des minorités.

    C’est dommage, tu dis que c’est bien écrit…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s