La dark romance

11895156

Avant d’aller plus loin dans cet article ou tout simplement de filer tout droit dans la section commentaire pour cracher ton venin sur un genre littéraire qui est scandaleux, problématique et qui te fait penser que les personnes l’appréciant ont des problèmes je t’invite à lire deux articles qui expliquent ma démarche : « peut-on aimer une œuvre problématique ? » et « moralité et littérature ». Mon introduction est un peu rude, je le reconnais, mais j’ai lu tant et tant de mépris vis-à-vis de ce genre littéraire. Une amie blogueuse m’a même raconté que des personnes avaient cessé de la suivre quand elles ont vu qu’elle lisait ce genre-là. Je pensais pas qu’il existait un genre encore plus détester que le mommy porn, mais si.

La dark romance est un genre littéraire méconnu et qui est remis en question par la grande majorité du lectorat qui découvre son existence. Si chaque lecteur, lectrice, a un genre de prédiction, c’est bien un genre que je conseillerai de prendre avec des pincettes. Il traite de viol, de tortures, d’esclavages sexuels ou non (mais très souvent sexuel), le tout sur fond de romance. C’est un genre qui met mal à l’aise beaucoup de personnes. Cependant, ce que les gens ont tendance à oublier, c’est que si beaucoup sont mal à l’aise avec ce genre, ce n’est pas le cas de tout le monde. Dans Outlander, Claire, l’héroïne, lit avec plaisir un roman d’amour où les scènes sexuelles sont plutôt des scènes où le consentement est oublié. Pour faire simple des scènes de viols. Dans le roman qu’elle lit, l’héroïne dit non, mais le personnage masculin n’en a que faire et lui arrache violemment son corset pour lui faire l’amour de manière très torride. Ce type de personnage avait même droit au doux surnom d’éventreur de corset.

Si ce genre littérature a disparu pendant de longues années de nos bibliothèques, il est revenu sous une forme beaucoup plus moderne et beaucoup plus assumé. On ne se cache plus derrière la romance historique ou dans un contexte qui laisserait rêveur nous laissant le choix entre un pirate beaucoup trop sexy ou bien un milliardaire correspond en tout point physiquement à nos fantasmes. La dark romance c’est un genre qui fait appel aux désirs les plus sombres de son lectorat. Il ne se cache plus derrière un contexte enchanteur. Cela va traiter d’esclavage sexuel, de trafic de drogue, d’inceste, etc. On brise tous les tabous moraux, les autrices (ce sont surtout des autrices qui écrivent ces romances) vont prendre un contexte terrible, très sombre et de là en tirer une romance, le tout très sexualisé.

Ce genre a revu le jour aux États-Unis d’Amérique avec Scarlett Edwards, autrice indépendante, qui s’est faite connaître avec sa série en dix volumes Percée à nue. Le roman débute sur une femme séquestrée et dont le ravisseur essaiera de briser toute volonté par la torture physique et morale. Cependant, en France, le lectorat a commencé à s’y intéresser avec Twist Me d’Anne Zaires, qui est lui aussi un récit de séquestration par un beau gosse sombre. Si l’on retrouve ce genre avant tout dans l’auto-édition, les maisons d’édition commencent à en publier malgré un mouvement très critique vis-à-vis de ces romans.

En effet, je pense que tu t’en doutes, mais c’est un genre qui est particulièrement mal vu. Autrices et lectrices sont impitoyablement jugées. On tombe très facilement dans les insultes et le mépris. Le débat entre ceux qui veulent lire en paix et ceux qui ne jurent que par des classiques est une discussion de niveau maternel à côté ! Cette littérature choque par ses thématiques et par les relations toxiques qui naissent. Il faut garder à l’esprit que la dark romance ce n’est pas pour tout le monde. Tout comme les thrillers ne sont pas pour tout le monde. Personnellement, je pose toujours des questions sur le degré de violence avant de me lancer dans un thriller. Toutefois si les genres du thriller et horreur sont acceptés contrairement à la dark romance c’est parce qu’ils ne racontent pas une histoire d’amour.

Il faut garder à l’esprit, que ces romans ne proposent pas des scènes de tortures, soumission, etc. sans contexte. Il y a une intrigue qui se met en place, qui se rapproche pas mal des thrillers et des romans horreurs. Et c’est dans ce contexte où on l’imagine le moins que la romance née. Si Shakespeare avait fait de Roméo et Juliette un thriller, on pourrait avoir de la dark romance. D’ailleurs, je tiens à rappeler que dans la pièce Juliette à 13 ans et on supose que Roméo a entre 16 et 21 ans. (Au vu de sa description dabs la pièce). Mais bon… Ce n’est que de la fiction n’est-ce pas ? On aime les histoires d’amour impossible, irréalistes, qu’elles soient belles ou non. Ce qui est le cas de la dark romance. C’est une histoire d’amour impossible qui se situe dans un thriller. Et s’il faut reconnaître que ce type de violence s’inscrit dans la culture du viol et une société profondément sexiste, il faut malheureusement aussi reconnaître que c’est le cas de beaucoup d’objets culturels. La dark romance en est juste une version plus extrême et absolument pas adressée à tous. Comme tous les genres soit dit en passant.

Si tu as envie de lire de la dark romance, je te conseille de filer sur le blog de DemynoteBook. Elle propose de nombreuses chroniques sur ce genre littéraire. Et si tu as une idée d’à quoi ressemblerait Roméo et Juliette version dark romance, je te propose de me donner ta version dans les commentaires !

Moi je te propose ceci. Roméo et ses potes kidnappent Juliette durant le bal, parce qu’elle est la fille du clan ennemi. Roméo adepte des petites jeunettes (bon là j’invente rien c’est dans la pièce) en profite pour séduire Juliette séquestrée dans les cachots. Il l’a fait devenir une femme, si tu vois ce que je veux dire et si au début elle s’en savait bien passé, finalement elle aime bien. Et puis là Paris et Tybalt viennent sauver Juliette, sauf que ça se passe mal. Romeo tue Tybalt. Romeo est envoyé en exil pour avoir tué Tybalt et un peu pour avoir séquestré et abusé d’une mineure, mais bon, c’est juste secondaire dans le procès. Pour sauver l’honneur de Juliette, elle est obligée d’épouser le Comte Paris. Et la suite, c’est celle de la pièce de théâtre.

21 réflexions sur “La dark romance

  1. uneviedeslivres dit :

    Je n’ai jamais lu ce genre, et je pense que je ne le ferai pas. Ça ne m’attire pas du tout. Et surtout, j’ai peur de tomber sur une fille qui se fait violer mais qui finalement tombe amoureuse de son violeur (par exemple). Ça me poserait vraiment un souci moral, je crois.

    Cela dit, chacun lit ce qu’il veut. L’important, c’est d’être capable de faire la différence entre fiction et réalité.

    Aimé par 3 personnes

  2. Macdophage dit :

    Hyper intéressant cet article.
    Je ne suis pas un gros lecteur… Voir pas lecteur du tout à vrai dire.
    Mais le sujet dont tu traites me plaît, surtout ta comparaison avec Roméo et Juliette. C’est vrai qu’on pardonne plus facilement aux vieux récits.
    Je pense qu’il faut savoir prendre du recul et lire ça comme un thriller ou une histoire d’horreur ( pour ma part, je traite surtout des films, je vais donc faire la comparaison avec ce que je connais le mieux) . En regardant un film d’horreur, on cherche un frisson, à puiser quelque chose au fond de nous qui envie un peu l’assassin et on prend parfois plaisir à observer les moyens ingénieux de faire soufrir ( SAW…), pourtant, une fois le film arrêté, on va donner à manger au chat et on va voir ses amis… Sans tuer personne.

    Je suis certain qu’au fond de chacun, on a un vice, et ce genre de lecture fait naitre des fantasmes ou fait resonner la partie sombre de nos âmes. Celles pour laquelle nous sommes suffisament équilibrés pour ne pas la laisser surgir le samedi soir dans un coin de rue un peu sombre.

    Je n’arrive pas à comprendre le tabou…

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Oui, on pardonne plus facilement aux œuvres anciennes, parce que c’était une autre époque, un autre contexte, etc. Sauf qu’on se retrouve à trouver mignon des éléments qui choqueraient dans une oeuvre plus moderne et là c’est embêtant.

      J’aime beaucoup ta comparaison, c’est tout à fait ça ! Les fans de film d’horreurs ne sont pas critiqués comme les lecteurs de ce genre. Personne ne va dire : bwhaa tu aimes Saw parce que tu aimes torturer les gens. Ou tu adores Battle Royal parce que tu rêves de massacrer tous les élèves de ta classe. Probablement parce que ce cinéma de genre propose des œuvres parfois très mauvaise au point de venir un nanar, mais à quand même pas mal de pépites qui intéresse un public plus large. Je ne pense pas que ça soit le cas dans ce genre littéraire.

      Je pense que le tabou vient du fait que c’est une oeuvre écrite par des femmes et à destination d’un public féminin. La plupart des œuvres écrites par et pour des femmes ont très mauvaise réputation. Allant d’un lectorat naïf et stupide aux réactions de jugement moralisatrices. Ce genre d’autant plus s’oppose à la montée à un féminisme très moral dans la société. Par très moral, j’entend justement un jugement sur les femmes qui apprécient ce genre d’oeuvre ou celles qui vont faire quelque chose juger sexiste aimer une oeuvre sexiste tout en ayant conscience que cela l’est.

      Aimé par 1 personne

      • Macdophage dit :

        Avec ce que tu dis, on peut dériver sur l’acharnement qu’a subit Brigitte Lahaie lorsqu’elle a expliqué que pendant un viol, certaines femmes avaient pri du plaisir, ce qui est plus traumatisant pour elle. Les féministes avaient extrait de cette citation le raccourci « les femmes prennent du plaisir pendant un viol » . La pauvre avait subi les foudres de Twitter et des médias alors qu’elle a voué sa vie a défendre les droits de la femme et la liberté sexuelle … Mais c’est un autre sujet !

        Merci pour cet article qui fait du bien, on sort un peu des schémas de pensé de la minorité bruyante sur internet …

        Aimé par 1 personne

        • Babitty Lapina dit :

          Le milieux militant bruyant sur internet est hyper critique et violent. Je m’en suis rapidement éloignée quand je vois que certains considéraient qu’il fallait avoir une parole parfaite depuis sa naissance et malheureusement c’est ceux qu’on entend et qu’on voit le plus…

          Merci 😀 Déculpabiliser sur la littérature est l’un de mes grands objectifs sur le blog !

          Aimé par 1 personne

  3. Magali dit :

    Je ne lis pas ce genre de livres, mais c’est parce que je ne lis pas de romance en général, pas pour des raisons morales… D’un côté je peux imaginer que ce type de récits peut faire écho chez certaines personnes, que les gens trouveront le moyen de vivre ou d’exorciser quelque chose de manière sécuritaire via un livre sans jamais se mettre en danger (ou mettre autrui en danger) dans leur vie réelle. D’un autre côté je pense que ce n’est pas en romanticisant le viol qu’on va faire évoluer la société dans le bon sens… Disons qu’il me semble qu’il faut être très clair sur le contenu de ce type de livres et le public auquel il est destiné!

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Normalement la dark romance c’est comme tout oeuvre de littérature érotique, c’est rangé dans un rayon bien spécifique et ne doit pas être à la porté de mineurs. Je pense pas que ce genre de roman a un réel impact sur l’évolution de la société. Que ce genre représente notre société et sa culture de viol oui, mais une influence sur la société je ne pense pas vraiment.

      Aimé par 1 personne

  4. Ada dit :

    C’est un peu comme de la dark romance, « 50 Shades of Grey » ? Je demande, je ne suis pas sûre.

    Mais, les gens… Tu peux critiquer le genre si tu veux, c’est ce que je ferai, mais insulter et traiter avec mépris les autrices et les lectrices… Les critiques constructives, c’est pas donné à tout le monde, apparemment. (c’est ce qu’on appelle du clash facile)

    Aimé par 1 personne

  5. Azeann dit :

    Sympa comme article ! Dans le genre j’avais lu Le Prince Captif de C.S Pacat. Je ne lis jamais de romance mais celui-là je le voyais passer partout et c’est une romance MM. Donc je me suis laissée tenter et après la digestion de quelques scènes auxquelles je ne m’attendais pas, j’ai beaucoup aimé ce roman. J’ai aussi aimé l’intrigue à côté, j’imagine qu’un roman de pur romance (dark ou pas) me plairait moins !

    Aimé par 1 personne

  6. Pauline dit :

    Je n’ai jamais lu de Dark Romance mais ça ne me tente pas plus que ça, je crois que ça me mettrait trop mal à l’aise.
    Par contre, je n’ai pas de problème moral avec ce que tu racontes puisque c’est clairement catalogué « dark romance » : dans un roman réaliste traitant du viol, voir la victime tomber amoureuse du violeur ça me mettrait très mal à l’aise. Idem dans une romance qui se prétend romantique et vanilla (j’ai lu un truc dans le genre il y a peu et j’étais un peu sur le cul).
    Par contre, si c’est du fantasme pour public averti…

    Bon, je pose quand même une limite claire et nette avec les œuvres érotiques impliquant les enfants (mais la pédopornographie est interdite par la loi donc normalement le sujet ne se pose pas ^^). Tu n’en parles pas mais vu tous les débats actuels, je précise 😀

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Je suis comme toi, dans une oeuvre dont l’objectif est de proposer une littérature très sombre cela ne me dérange pas. Dans une romance qui se veut positive, réaliste, etc. proposant un traitement du viol tel que celui-ci je serais plus dérangée.

      Normalement, la dark romance ne traite pas de pédophilie. Même si je n’ai pas lu de roman dark romance, je me suis intéressée à pas mal de synopsis et aucun ne proposait ça.

      Aimé par 1 personne

  7. lutinreveurblog dit :

    Personnellement, je déteste ce genre. A l’époque, alors que je cherchais des romances, je suis effectivement tombée sur de la dark romance. Les lecteurs et les lectrices sont libres d’apprécier ce qu’ils veulent. Mais personnellement, classé ce genre de livre au rayon « romance » sans avertissement de la part de l’éditeur, c’est l’enfer quoi. Parce que ce n’est pas de la romance, c’est plutôt à classifier dans les thrillers. Après, j’ai lu pas mal d’articles qui parlaient de ce phénomène et je pense que c’est toujours intéressant à analyser et particulièrement fascinant de constater que c’est majoritairement écrit par des autrices et que le lectorat est exclusivement féminin. Mettre ce genre de livre dans le rayon romance banalise un peu ce que vivent les héroïnes de ce type de livre. Et en plus pour peu que ce soit une adolescente qui lise ce genre de récit, je me demande à quel point ça peut l’influencer sur sa perception de la sexualité (surtout que je crois qu’il y a des études qui expliquent comment une oeuvre fictive peut influencer les gens).

    J’ai aussi l’impression que pas mal d’auteurs et d’autrices sont incapables d’écrire une romance sombre sans tomber dans l’abus et le viol du personnage féminin. Parce qu’une romance peut-être sombre sans pour autant être abusive. Après ce n’est que mon avis.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      C’est un genre qui doit être difficile à classer je pense, parce je crois que c’est de la romance avant tout, enfin de ce que j’ai compris c’est plus un sous genre de la romance que du thriller. Mais oui, si on attend une romance classique cela doit faire un choc. Normalement une adolescente n’est pas censé lire ce genre de roman, mais bon c’est comme le porno sur internet, on ne peut pas empêcher les ados d’y aller. Il serait plus judicieux de leur apprendre les bases du consentements, de la vraie sexualité, etc.

      Pour les romances sombres je ne peux pas m’avancer sur le sujet, je n’en ai jamais lu. J’ai lu que des romances assez feel good…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s