Maman ou putain, les femmes dans Peter Pan

giphy (1)Je pense que tu t’en doutes, mais les films Disney sont très souvent (voir quasiment tout le temps) une version édulcorée de l’œuvre de base. Ils se montrent relativement respectueux, comme j’avais pu te le montrer dans mon dossier Notre-Dame de Paris, mais on voit que c’est clairement destiné à un public d’enfants. Et bien que la plupart des œuvres littéraires qui inspirent les films Disney sont à la destination des enfants, très peu d’entre elles auraient été acceptées par la loi de 1949 sur la littérature jeunesse. (File lire mon article sur le rapport entre moralité et littérature pour en savoir plus !) Peter Pan fait partie de ces œuvres. Bien que ce roman soit destiné à un jeune public, le héros de ce roman n’hésite pas à kidnapper, séquestré et même tuer. Oui, Peter Pan n’hésite pas à tuer les pirates ou bien même les pauvres enfants perdus qui auraient le malheur de devenir trop vieux ! Mais je ne vais pas te parler de Peter Pan dans cet article. Lemon June a fait une délicieuse vidéo à ce sujet qui te fera voir ce petit garçonnet d’un autre œil.

J’étais partie pour te parler de Wendy, mais il est impossible d’en parler sans la comparer aux quelques rares personnages féminins dans l’œuvre. Soyons honnêtes, la femme dans ce roman se résume être soit une maman, soit une putain. Et ce n’est même pas la faute de Peter Pan, c’est clairement le narrateur qui se permet d’être méprisant envers la gent féminine. Combien de fois il décrit les femmes comme des êtres naïfs, arrivistes, jalouses, stupides et facilement manipulables ! Les êtres féminins n’existent qu’à travers le personnage de Peter Pan. Elles sont amoureuses de lui et prêtent à détruire les autres femmes pour être la seule unique dans son cœur ou bien il cherche en elles une mère et rien d’autre qu’une mère. Et faut que je te parle de Wendy… Elle et sa descendance féminine, fille, petite-fille, arrière-petite-fille, etc. se font tour à tour enlever par Peter Pan pour pouvoir faire le grand ménage de printemps. Sérieusement ? Les mecs ils vont combattre des pirates, rencontrer des natifs américains et les femmes ? Faire le ménage. Wouhou l’aventure de folie. Chacune à leur tour, Wendy et sa descendance vont tomber amoureuse de Peter Pan et en même temps être la maman de ce dernier.

Une attitude assez odieuse de la part de Peter Pan et en même temps très triste. Il a un charme qui semble magnétique : il est seul à être apprécié des sirènes, Lily La Tigresse en est amoureuse, Clochette aussi, Wendy, sa fille, puis sa petite-fille et en réalité toutes les jeunes filles qui entendent le fameux cri de Peter Pan en tombent amoureuse. Il est un peu l’incarnation du premier amour hétérosexuel d’une fille, il est celui qui les enlève de leur famille, rappelant ainsi l’enlèvement des Sabines. Dans la mythologie romaine, Rome a été fondée uniquement par des hommes. Le peuple des Sabins refusant que les jeunes filles épousent les Romains. Bha Romulus et sa bande ils les ont enlevés et les ont épousé de force. Peter Pan n’épouse pas les filles qu’il kidnappe, lui ce qu’il veut c’est une maman, mais l’idée est là.

En gros, dans ce roman, une femme est amoureuse et son objectif est de fonder une sorte de famille avec son compagnon, pour devenir une mère. Une fois qu’elle est mère, elle s’efface complètement. Face à la disparition des trois enfants, le couple Darling est affligé. Le père vit dans une niche de chien et cela émeut énormément la population. On l’invite à des dîners mondains, on l’admire, etc. Sauf que le mec, il vit dans une niche, que l’on transporte partout pour lui. Sa vie ne change pas si ce n’est qu’il ne quitte pas sa niche. On a une attitude complètement ridicule qui est admirée de tous. Au contraire, Madame Darling n’est invitée nulle part, nul ne s’intéresse à elle. Une mère n’a pas le droit à sa propre vie sociale dans ce roman. Tout comme Wendy n’aura jamais le droit de vivre des aventures si ce n’est faire le ménage et s’occuper des enfants. C’est à peine si elle peut sortir prendre l’air et quand c’est le cas, elle est toujours en train de repriser un vêtement ou un autre travail ménager à la main. D’ailleurs, si Peter Pan ne veut pas grandir et qu’il est aussi cruel, c’est parce que sa mère ne l’a pas attendu. Elle l’aurait abandonné. Là encore, le fait qu’on est un héros psychopathe, c’est la faute de la mère. Ce qui est triste et très agaçant en même temps.

Œuvre qui a des allures enchanteresses grâce à Disney entre autres, Peter Pan est loin d’être roman positif. C’est le genre de livre qui est intéressant à lire quand on est adulte et capable de remettre en question le propos. Ce n’est pas un roman qui m’a tant émerveillée, mais je trouve qu’il est vraiment intéressant à lire et de réfléchir sur l’œuvre. J’ai choisi d’aborder sous l’angle des personnages féminins ce roman, car il incarne vraiment cette littérature où la femme est inexistante et vraiment cantonnée à être une mère et doit se battre pour attirer l’attention d’un homme. Beaucoup d’autres œuvres font ça, mais je pense que c’est la première fois que je lis un texte où c’est aussi flagrant. Fort heureusement, de nos jours la littérature jeunesse propose bien plus de personnages féminins pouvant être de vrais modèles !

12 réflexions sur “Maman ou putain, les femmes dans Peter Pan

  1. La Nébuleuse dit :

    J’ai longtemps été fascinée par cette oeuvre (encore maintenant), et j’avais pas mal lu sur la vie de l’auteur pour essayer de comprendre d’où ça venait. Et ben ça explique beaucoup de choses. Par ex il a perdu son frère jeune, sa mère ne s’en est jamais remise et a toujours vécu un peu avec le fantôme de ce fils décédé, comme si elle attendait qu’il revienne… Ses personnages d’enfants qui disparaissent et arrivent au pays imaginaire, on peut supposer que c’est lié à de telles expériences par exemple. J’ai chez moi un recueil de textes qui sont un peu des préludes à Peter Pan (ça a été publié sous le titre Le petit oiseau blanc), c’est très perceptible dedans

    Aimé par 1 personne

  2. Ada dit :

    J’ai « Peter Pan » dans ma PAL, je savais déjà que le livre n’était pas la même chose que le film Disney, mais pas à ce point ! Je suis choquée ! (et énervée d’avance)

    Sinon, je vais confesser un truc : je n’ai jamais été fan du film Disney alors qu’il est révéré partout. J’ai même eu honte de le dire pendant de nombreuses années !

    Aimé par 1 personne

  3. labibliothequedesanges dit :

    Merci pour cette analyse qui est vraiment bien faire.
    J’ai lu peter man il y a quelques semaines et je ne vais pas le cachet j’ai adoré. J’ai rêver j’ai trouver ca magique mais peut être parceque j’en avais besoin de voir que le côté magique. Celui qui fait que les garçons veulent y rester . J’ai été aussi très interloqué par le personnage de Péter mais comme vous le dites Melon June a fait une superbe vidéo sur le sujet.

    Les personnages démunis sont vraiment relégué au second plan c’est vrai mais il faut se remttre dans le contexte de l’époque. Et le fait qui ne jeune fille n’aspire La etre une épouse et une mère ne m’a pas choqué étant donné que à l’époque de l’auteur c’était vraiment ce que voulait les jeunes filles ( du moins dans l’esprit de l’époque ce que voumait les jeunes filles mais certainement pas toutes ) et du coup je trouve que cette histoire de nettoyage de printemps est une idée comme une autre une jeune fille qui joue à la maman avant de grandir. Mais il est vrai que laiteur n’a pas vraiment gzte5 les personnages féminins en esprits. Wendy est naïve lily est obsédé czr amoureuse et clochette nen parlons pas. Elle a tout les caractère que l’on repoche au femmes la jalousie la colère la méchanceté mais aussi la dévotion totale car elle est amoureuse. Elle va jusqu’à vouloir mourir pour Peter .

    Bref. Merci pour cette analyse. Mais il est vrai que je vais garder en mémoire ma sensation de magie et de plaisir à ma lecture de Péter pan car ca a été un moment très magnifique.

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      On peut tout à fait avoir différend niveau de lecture et juste apprécier l’oeuvre ! Par contre je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis que les femmes de l’époques n’aspiraient qu’à être une bonne épouse. C’est oubliaient toutes ces femmes qui se sont battues pour leurs droits, les femmes scientifiques, les autrices, etc. Celles qui voulaient pas juste être une femme mariée passant du père au maris. Certaines femmes veulent ça, mais pas toutes.

      Et oui, Wendy joue à la maman. Et c’est ce qui je reproche justement à l’oeuvre. La femme a que deux choix dans l’oeuvre ; soit d’être dans une posture maternelle entièrement dédiée à la famille au point de ne pas avoir le droit d’exister ou bien dans une posture de séductrice, une femme aux mœurs légères, pour résumer grossièrement une putain. Donc en gros, les femmes ont juste deux choix. Et même en contextualisant c’est problématique…

      Aimé par 1 personne

      • labibliothequedesanges dit :

        Je n’oublies pas du tout ces femmes qui se sont battus au contraire comme je dis la plupart voulait une vie épouse mais pas toutes. Et heureusement. Je dis même merci a ces femmes.

        Mais d.un autre côté en lisant moi j’ai vu une petite fille qui jouait et à cet âge on refait ce que l’on voit. Elle voit sa mère etre mere epouse sui gere le foyer et du coup elle reprodukt ce shema. Ce nest pzs seulement ou tu es ca ou tu es une fille de joie. Elle a juste envie de resselbler a la figure maternelle quelle connait.

        Mais c’est vrai que ton analyse fait réfléchir et que l’on pense differement a l’oeuvre.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s