Bilan de lecture de décembre 2018

Je te souhaite tout d’abord une très belle année 2019, remplie de belles lectures et découvertes littéraires ! Ce mois de décembre fut l’occasion de superbes découvertes littéraires et m’a de nouveau rendu fort reconnaissante vis-à-vis du réseau de médiathèque où je me suis inscrite. J’espère que tu auras le temps, car voilà un article à rallonge.

La dernière fugitive de Tracy Chevalier — le roman historique féministe

Tracy Chevalier fait partie de mes autrices préférées et il suffit que je voie un de ces livres pour que je l’achète. Je n’ai même pas besoin de lire le résumé pour savoir qu’il va me plaire. Dans celui-ci, j’ai suivi Honor, une quakeresse qui part aux États-Unis d’Amérique en 1850 pour accompagner sa sœur qui va rejoindre son fiancé. Sauf que sa sœur meurt durant le voyage et son ex-futur-beau-frère se retrouver avec elle dont il ne savait même pas la venue. Ce roman parle de l’esclavagisme, des personnes qui essaient d’en échapper, de la colonisation des États-Unis et de comment cela s’est construit, de la place de la femme dans la société et bien entendu des quakers. J’ai retrouvé tout ce que j’aimais avec cette autrice, une fin en demi-teinte, une héroïne plus forte qu’elle en a l’air et surtout une écriture qui m’a envoyée directement dans le passé.

La papeterie Tsubaki d’Igo Otawa — la douceur japonaise

Igo Otawa est celle qui m’a donné envie de m’intéresser à la littérature asiatique. J’ai lu tous ces romans et forcément, quand j’ai vu qu’elle en avait sorti un nouveau, j’ai dû le prendre. Dans ce livre, j’ai suivi Hatoko qui revient dans sa ville natale pour s’occuper de la papeterie que sa grand-mère lui a léguée et de commencer sa carrière d’écrivaine publique. Carrière à laquelle sa grand-mère l’a élevée toute sa vie. C’est un roman rempli de douceur, c’est une suite d’événement de quotidiens et de liens qui se tissent. Igo Otawa a l’art de raconter le quotidien et de lui donner des allures de poésies. Certains m’ont mis les larmes aux yeux, tellement je les ai trouvés émouvants. Ce que j’ai aimé c’est que les lettres qu’Hatoko écrit sont représentées. On voit donc la graphie changer selon la personne pour qui elle les écrit.

Au service de Sa Majesté la mort de Julien Hervieux — la belle surprise de la box littéraire

Second roman qui était présent dans la box Mille et un livres de novembre, j’ai encore eu une belle surprise. À la vue de la couverture, je pensais tomber sur un roman beaucoup trop jeunesse pour moi. Cependant, je me suis trompée, il faut que j’apprenne à faire confiance à Castelmore qui est une maison d’édition de qualité et propose des romans de grande qualité. Elizabeth, jeune journaliste à l’époque victorienne écrit pour un journaliste qui lui sert de nom de plume. Manque de chance, ce dernier meurt sous ses yeux et elle à son tour perd la vie. Cependant, elle se réveille dans sa propre tombe. Elizabeth a été en effet choisie pour rejoindre les Revenants, des morts-vivants au service de la Mort et qui traquent ceux qui tentent d’échapper à la mort. C’est un roman bien écrit, il y a de très belles idées et remplit de rebondissements. J’ai passé un moment vraiment sympa et je pense que je vais lire la suite, je suis curieuse de voir où cela va aller.

L’empoisonneuse de Peer Meter et Barbara Yekin — la bande dessinée crayonnée

Cette bande dessinée raconte l’histoire vraie de Gesche Maragarethe Gottfried, une femme qui a empoisonné quinze personnes (dont ses maris et enfants) et donné des doses de poisons non mortelles à dix-neuf autres personnes. On la découvre à travers le regard d’une journaliste qui arrive la veille de la condamnation de Gottfried. À travers la journaliste est dénoncée un propos machiste qui considère que les femmes ne sont pas des êtres réfléchis entre l’homme et l’enfant pour reprendre les propos d’un des personnages. C’était sympa, mais elle ne m’a pas marqué plus que ça je dois le reconnaître. J’ai par contre beaucoup aimé le style de dessiné crayonné qui donnait une impression de mouvement dans les dessins.

Sweet Tooth, volume 3 de Jeff Lemire – le comics qui arrive à sa fin

Ce mois-ci j’ai lu le dernier tome d’une série que j’ai découverte par hasard : Sweet Tooth. L’humanité doit faire face à un virus mortel qui décime les populations et les enfants qui naissent ne sont plus humains, mais des hybrides à moitié animaux/moitié humains. On suit Gus un hybride vivant à l’écart de la société dans la forêt avec son père. Toutefois à la fois de ce dernier, Gus va se retrouver à explorer le monde. Ce dernier tome explique l’origine de tout cela et met en place une belle conclusion à ce récit. C’est un comics très dur et très violent, mais c’est une violence nécessaire au propose et qui s’intègre vraiment dans l’univers du comics. Ce dernier tome est mon préféré et j’aime tout particulièrement la fin.

Les gouttes de Dieu de Tadashi Agi et Shu Okimoto tome 3 à 5 – La série que je continue

J’ai parlé de ce manga dans mon précédent bilan ! Ce manga me donne toujours envie de rire et de boire du vin. Quelqu’un à la bibliothèque lit la série en même temps que moi, du coup je suis bloquée dans ma lecture actuellement et je dois attendre que la personne ramène les livres pour pouvoir avancer…

Gokusen de Kozueko Morimoto tome 1 à 15 (série en 15 tomes) – Le manga qui me fait penser à une amie

J’avais découvert cette série via le drama il y a plusieurs années maintenant. Je suis tombée dessus par hasard à la bibliothèque et elle est toujours aussi hilarante. Elle est même mieux que mes souvenirs du drama ! Dans cette série on suit les aventures d’une prof au lycée qui commence son métier dans un lycée mal famé. Cependant, cette femme n’est pas n’importe qui, elle est la petite-fille d’un célèbre chef yakuza et elle a été élevée par ce dernier. La prof a beaucoup d’amour pour ses élèves et elle est prête à tout pour eux. Elle me fait donc penser à une amie qui est devenue prof (celle qui a eu la gentillesse de témoigner sur son métier). Du coup je passe mon temps à prendre en photo le manga pour lui partager des scènes qui me font penser à elle.

Grace and Fury de Tracy Banghart – La lecture commune

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Noémie du blog Demy Notebook. On suit l’histoire de deux sœurs, l’une est élevée afin de devenir une Grace, une femme qui appartiendra au harem du prince, tendit que la seconde est entraînée afin de la servir. Cependant, rien ne se passe comme prévu. Dans un monde où les femmes n’ont même pas le droit, n’ont le droit de ne rien faire sans avoir l’autorisation de leur père, puis de leur mari. Elles vont voir toutes deux leurs vies bouleversées et vont à leur tour bouleverser le monde. C’est de la dystopie young adult on ne peut plus classique. Elle est très bien écrite, pleine de rebondissements, mais elle n’a pas fait battre mon cœur plus que ça. Ce roman ne révolutionne pas le genre, par contre, c’est un roman qui questionne vraiment le droit des femmes, des relations de femmes entre elles, etc. Et rien que pour ça, il est fantastique.

True Blood de Charlaine Harris, tome 1 à 3 – La relecture chick-lit

True Blood c’est la série que j’ai découverte quand j’étais au lycée. Forcément, j’avais moins d’exigence du coup au début j’ai dû apprendre à faire avec le style, mais je me suis laissée happer par le récit. (Ce n’est pas pour rien que j’ai regardé trois fois la série). On suit les aventures de Sookie, une serveuse qui a pour particularité de pouvoir lire dans les pensées des gens. Les vampires ont fait leur coming-out, révélant leur existence au monde entier. Sookie va faire la connaissance de Bill, un vampire qui vient tout juste de s’installer dans sa ville. Après bon ce sont des aventures ici et là, avec beaucoup de sexe et c’est rien de révolutionnaire, mais c’est plutôt chouette comme série.

I hate fairyland de Skottie Young tome 1 — Massacre au pays des merveilles

Gertrude, petite fille de six ans, se retrouve brusquement aspirée par sa moquette pour vivre une merveilleuse aventure à fairyland. Une aventure qui aurait dû durer un jour, deux grand maximum. C’était sans compter sur l’incompétence de Gertrude qui est toujours coincée là-bas vingt-sept ans plus tard. Et si elle a toujours l’apparence de petite fille, son esprit est celui d’une adulte. Une adulte qui préfère massacrer à tout de bras les habitants de fairyland dans l’espoir de retrouver la clef qui la ramènera chez elle. Une bande dessinée hilarante, sanglante et qui plaira à tous ceux qui aiment l’humour noir saupoudré de paillettes et joyeux petits personnages.

Sangreal, Road of the king de Maru Terayama tome 1 à 3 – De princesse à prince

Une série en trois tomes où l’on suit un prince qui a été toute sa vie travesti en princesse pour protéger sa vie. Une rencontre avec une voyante va tout bouleverser et il va à son tour revendiquer le trône dans il est l’héritier légitime. Une série très sombre et violente, mais qui est bien écrite, bien penser. Je suis fascinée par les expressions des personnages qui transmettent énormément d’émotions en une seule image. Si j’ai été déçue au début de voir que la princesse était en réalité un prince, j’ai vu que les personnages vraiment forts de la série étaient toutes des femmes. Le format manga permet de rendre ce récit d’héroïque fantasy très accessible.

Spirale de Junji Ito tome 1 à 3 – L’horreur de la spirale

J’avais parlé de Juji Ito dans mon article sur le manga d’horreur. Dans cette série, le mangaka se penche sur la malédiction de la spirale qui a envahi de Kurouzu. Au début elles sont très discrètes, bon ok, le crématorium laisse échapper de la fumée en forme de spirale, mais ça reste discret. Puis les spirales deviennent de plus en plus présentes au point qu’on ne peut y échapper. Je trouve que ce manga montre tout son génie, car il a réussi à créer un récit cohérent, horrifique et passionnant sur le thème de la spirale. Ce n’est pas un manga que je conseillerai à tout le monde, car c’est de la vraie horreur, avec des dessins parfois très trash. Par contre ceux qui aiment ce genre de lecture vont prendre un plaisir fou avec cette trilogie.

Un drôle de père tome 1 de Yumi Unita – La paternité au Japon

Daikichi, trente ans et célibataire, n’est ni à l’aise avec les femmes, ni avec les enfants. À la mort de son grand-père, il apprend que ce dernier était de nouveau père d’une petite fille de quelques années. Aucun membre de sa famille ne voulant s’occuper de cette fille cachée, il décide sur un coup de tête de la prendre en charge. C’est un manga tellement mignon, où être père célibataire au Japon n’est pas si facile que ça. Surtout que la société ne le juge pas forcément d’un bon œil et va rapidement le juger, car par exemple il préfère faire passer le bien-être de cette petite fille avant son travail. J’ai vraiment hâte de lire la suite. C’est amusant, car il y a toute une thématique des mangas autour des pères célibataires.

Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal – Le faux roman feelgood

Avec un tel titre, je m’attendais à un roman feelgood remplit bons sentiments. Ce n’est pas du tout ça. Nikki, une Anglaise dont les parents ont immigré à Londres, répond à une petite annonce de l’association sikhe cherchant une animatrice pour des ateliers d’écritures. Ces élèves se révèlent être des veuves analphabètes, mais dotées d’une imagination très fertile ! Ensemble, elles vont rédiger des récits érotiques et libérer la parole de ces femmes mise à l’écart de la société. Ce roman parle de la société indienne qui essaie de s’intégrer à Londres, mais aussi de la place de ces femmes au sein de cette société. Ce n’est pas la lecture à laquelle je m’attendais, mais elle était vraiment agréable. Je me suis laissée emportée par le récit et je suis arrivée à la fin sans m’en rendre compte !

Danish Girl de David Ebershoff – L’histoire romancée de Lili Elbe

Ce roman raconte la vie de Lili Elbe, cette femme née homme sous le nom d’Einar Wegener, peintre danois. Sa femme va lui demander de se travestir afin qu’il lui serve de modèle pour terminer un tableau. De cette demande naît Lili, qui au début va partager le corps avec Einar avant d’en prendre définitivement possession. Ce roman est une version très romancée de Lili Elbe une femme transgenre qui est l’une des premières à recevoir une chirurgie de réattribution sexuelle. J’ai beaucoup aimé ce roman qui ne se concentre pas uniquement sur Einar/Lili, mais aussi sur Greta, sa femme. Il y a beaucoup de douceur et l’auteur prend vraiment son temps de montrer comment Einar devient peu à peu complètement Lili. Elle est au début considérée presque comme une invitée. Je n’ai pas eu l’occasion de lire le journal de Lili Elbe, l’auteur dit s’être basé dessus pour écrire ce roman. J’aimerais découvrir qui elle était vraiment.

Les filles de Monsieur Darcy d’Elizabeth Aston – Une version moderne d’Orgueil et Préjugés

Vingt ans après Orgueil et Préjugés, ce n’est non pas Elizabeth et Darcy que l’on retrouve, mais leurs cinq filles qui passent quelques mois à Londres tendit que leurs parents partent en voyage à Constantinople. Elles y découvrent les plaisirs de la ville, mais aussi le regard de la bonne société qui scrute le moindre fait et geste dans l’espoir de critiquer, commenter et amplifier le moindre écart. C’est une version moderne d’Orgueil et Préjugés qui est à la fois semblable et différente de l’œuvre originale. Plus abordable pour un lectorat qui n’a pas l’habitude des œuvres classiques victorienne (bien qu’Orgueil et Préjugés est l’une des plus abordables de Jane Austen je trouve). C’est un roman plein de rebondissements, avec un style léger, mais qui fait néanmoins honneur à l’original et on voit que l’autrice aime Orgueil et Préjugés.

Rachel Rising de Terry Moore tome 1 à 3 – Ils ont tué toutes les femmes de plus de 15 ans sans enfants.

Comics très sombre et qui pour le moment a des allures féministes. Rachel se réveille enterrée dans les bois. Elle se met à la recherche de sa meilleure amie pour savoir ce qui s’est passé la veille, mais découvre que trois jours se sont écoulés depuis ses derniers souvenirs. Une bande dessinée très sombre, très violente et franchement bien écrite. Particularité, elle est en noire et blanc, mais je trouve que cela fait que renforcer le style du dessin. Quand j’avais lu l’avertissement, j’étais mode mouais, c’est pas un type décapité qui va me faire peur. La vraie violence dans cette bande dessinée jusque là ne réside pas dans les scènes auxquelles on assiste, mais celles qui sont racontées, car elles font écho à la réalité. Le récit met du temps à se mettre en place, j’ai commencé à vraiment accroché qu’à la moitié du second tome, voir du troisième. Sans avoir hâte de lire la suite, je suis curieuse de la découvrir.

Hana No Breath de Caly tome 1 et 2 (série complète) – Un yuri français

Cadeau de noël de mon amie du blog Demy Notebook cette série est mon dernier coup de cœur de l’année 2018. J’ai découvert en écrivant ce bilan que cette série est écrite et dessinée par une mangaka française ! Azami ne comprend pas la passion de ses amies pour le yaoi et le yuri. Pour elle, le seul vrai amour est celui pour un prince charmant. Manque de chance, il se révèle que le garçon qu’elle aime se révèle être une fille ! Néanmoins, elle se rend compte très rapidement que l’amour qu’elle a pour Gwen ne disparaît pas pour autant. C’est un yuri terriblement mignon et ce que j’aime dedans c’est que c’est un couple de lesbiennes et l’histoire ne va pas tourner autour de ça. L’histoire va parler de leur couple, mais comme n’importe quel couple. L’homosexualité des personnages est très brièvement traitée, mais plus comme un : bha en fait il y a rien à dire dessus, parce qu’on a pas de jugement à avoir dessus. Et c’est géniaaaaaaaal. Je l’aime beaucoup.

C’est ainsi que se termine ce bilan pour le mois de décembre 2018 ! Et puis quitte à lister mes lectures, autant faire quelques statistiques chiffrées.

– Romans : 9
– Bandes dessinées : 2
– Comics : 4
– Mangas : 27

Je dois reconnaître que je ne pensais que j’avais lu autant au cours du mois de décembre et je bénis le réseau de médiathèque où je suis abonnée et où je trouve la grande majorité de mes lectures. Ce mois-ci j’ai décidé de ne pas mettre mes lectures abandonnées en cours de route, car l’article est déjà très long et je les ai arrêtées assez rapidement. Pour le mois de janvier 2019, j’ai déjà plusieurs lectures de prévues : Harry Potter à l’école des sorciers, Intimes confidences d’Ines de Kertanguy, la biographie de Jane Austen de Carol Shields, Révolte de feu, le second tome de la trilogie du Tearling et plusieurs BD et mangas que j’ai réservés à la médiathèque.

J’espère que cet article te trouvera dans de belles lectures !

Publicités

11 réflexions sur “Bilan de lecture de décembre 2018

  1. entournantlespages dit :

    Je lis pas mal d’avis mitigés sur Grace and Fury, ça ne me tente pas des masses surtout si ce livre arrive difficilement à se démarquer des autres dystopies young adult…
    Je n’ai pas pu aller au-delà du tome 4 de La Communauté du Sud tellement je n’accrochais pas au style. Je trouvais aussi que ça partait un peu trop dans tous les sens.
    Je te souhaite de bonnes lectures en janvier et une bonne année !

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      Il est bien, mais cela fait des années que je lis des dystopies Young adult et d’autres plus adulte et poussée du coup je suis méga exigeante vis à vis de ce genre x) mais j’ai l’impression aussi que le monde de la young adult est noyée sous ce genre…
      J’avais abandonné pour la même raison que toi, mais finalement je veux connaître la fin. Donc je me relance dans la série !

      J'aime

  2. myrtilledeco dit :

    Hello,
    Un joli bilan, parmi ces lectures je connais La dernière fugitive de Tracy Chevalier qui m’a plu beaucoup !
    Pour ma part, je ne lis pas du tout de mangas/BD, en décembre j’ai lu 5 romans.
    Maintenant je commence le nouvel an avec un roman passionnant « La cuisinière » de Mary Beth Keane, histoire inspirée de la vie de Mary Mallon, une jeune Irlandaise venue travailler aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. Elle est devenue cuisinière et elle a été engagée dans plusieurs foyers qui avaient tous un point commun : les membres de la famille meurent. Accusée d’être porteuse inconsciente de la typhoïde, Mary a été emprisonnée pour des raisons médicales. Bref, une histoire forte !
    Bonne année 2019 !

    Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      J’ai beaucoup aimé le roman La cuisinière ! J’ai été très attristée et en colère par la fin, j’espère que ce roman te plaira ! Si tu as aimé ce roman, je te conseille Les tribulations d’une cuisinière anglaise de Margaret Powell. On retrouve toute cette époque, la place de la femme, etc. Je l’avais lu en même temps que celui de La cuisinière et je trouvais qu’ils étaient sympa à lire ensemble !

      Bonne année 2019 !

      Aimé par 1 personne

    • Babitty Lapina dit :

      True Blood n’est pas une série très bien écrite. Déjà le style n’est pas fantastique et cela devient du gros n’importe quoi au bout de quelques tomes. C’est pas une série que je conseille, je la relis juste parce que je veux connaître la fin xD

      Ito Ogawa par contre je te conseille vraiment ses romans ♥ Le Ruban est celui que j’ai le moins apprécié d’elle. Celui qui m’a fait le plus d’effet c’est Le restaurant de l’amour retrouvé, le Jardin d’Arc-en-Ciel a été un profond coup de cœur, mais il est assez long. Et puis il y a son dernier qui est n’est que douceur et tendresse, mais peut peut-être perturbé quand on ne connait pas cette autrice.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s