Attend… Quoi ? J’ai pas tout compris là

Je ne sais pas pour toi, mais parfois je ne comprends pas toujours tout ce qui se passe dans mes lectures. Je n’arrive pas à cerner qui est vraiment qui, qu’est-ce qui est en train de se passer et pourquoi est-ce que c’est en train de se passer. J’aurais pu t’en parler dans mon article de la honte du lecteur, parce que… pendant longtemps j’avais un peu honte de ça. Je me disais que c’était parce que je ne savais pas lire. Et non, ce phénomène n’est pas dû à ma technique de lecture ninja, car généralement quand je pige pas ce qui se passe, je ne me le permets pas.

La première fois que j’ai ressentie ce phénomène de manière consciente, c’est avec Terry Pratchett. Je ne pige jamais rien à son tout premier chapitre. Et pourtant, à la toute fin du roman, je trouve que non seulement cet incipit — nom scientifique de début de roman parce que j’aime me la péter — cet incipit c’est du génie, mais surtout que le roman n’aurait pu avoir un meilleur début. C’est avec Sir Pratchett que j’ai appris à accepter de ne pas tout comprendre dans un roman dès le début. À être perdue, à me poser des questions et tout simplement à me contenter de me laisser emporter par le flot des événements.

Ne pas tout comprendre un roman est un appel à une relecture et une redécouverte de ce roman.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #4

Il y a des périodes où la vie est beaucoup trop calme. Tu vois la scène où Asterix et Obelix sont sur le Nil dans Mission Cléopâtre ? Ils s’ennuient tellement qu’Obelix joue les moteurs humains et faire avance le bateau à toute allure. Bha là ma vie c’est quand Obelix tire les bateaux. Parce que déménager ce n’est pas suffisant, je me retrouve à devoir préparer une formation sur un logiciel qui est vu d’un mauvais œil par des collègues qui sont trois fois plus âgés que moi et avait commencé de travailler alors que je n’étais même pas née. Pour te dire que j’ai pas intérêt de me foirer durant la formation que je vais donner et surtout me retenir de leur dire de fermer leur gueule quand je parle. (Quand je suis nerveuse, je peux être quelque peu agressive.) (Nan en vrai je suis très gentille, mais je peux balancer la petite phrase qui fait très mal et qui vexe énormément.) Bien entendu, c’est le moment où les agents de contrôles dont je gère le secrétariat me donnent cinquante millions de tâches. Déjà il y a le boulot, c’est pas la méga joie comme tu peux le voir. Et puis il y a le déménagement où j’apprends le jour même que l’on ne va pas me livrer les meubles. Et encore. C’est parce que j’ai appelé m’inquiétant de la non-venue du livreur.

Lire la suite

Mes lectures de jeunesses

La lecture a toujours fait partie de moi, dès l’instant où j’ai su lire par moi-même je me suis considérée comme une lectrice. J’avais toujours une bibliothèque bien remplie, des livres empruntés au CDI ou bien à la bibliothèque et une liste de fanfiction Harry Potter qui ne connaissait pas de fin. Je ne me souviens pas de toutes mes lectures, si on me dit un titre, je vais m’en rappeler. Par exemple je sais que j’ai lu Narnia, A la croisée des mondes, la Trilogie de Bartiméus, les Orphelins Baudelaires ou encore l’Epouvanteur. Néanmoins, je n’ai pas vraiment de souvenir de ces lectures, si ce n’est que je les ai plus ou moins appréciés. Par contre je me souviens très bien que j’ai refermé Ça de Stephen King après le premier chapitre et que je ne suis plus très à l’aise avec les clowns depuis. (Sans en avoir peur, je garde une certaine méfiance vis-à-vis d’eux. Et puis, il n’y a rien de plus triste qu’un clown en vrai…)

peggysue

Et puis il y a ces sagas qui me reviennent à l’esprit. Celles qui ont marqué ma jeunesse pour moi et qui sont celles dont je chéris particulièrement le souvenir et même que je n’hésite pas à relire avec grand plaisir !

Lire la suite

Autrices inspirantes

Quand on parle de sources d’inspiration dans la littérature, on pense avant tout aux livres. Mais est-ce que tu as déjà pensé aux auteurs ou autrices qui pouvaient être inspirantes en tant qu’être humain tout simplement ? Alors que je lisais un roman d’Amélie Nothomb, j’ai été frappée par la source d’inspiration qu’elle pouvait être et je me suis rendu compte que plusieurs autrices avaient marqué ma vie et étaient devenues des sources d’inspirations pour moi.

inspiration

Je ne sais pas pour toi, mais si j’ai entendu cinquante millions de fois à quel point J.K. Rowling a eu une vie difficile et à quel point elle a été forte et courageuse, elle n’a jamais été une source d’inspiration pour moi. Je pense que c’est dû au fait que je n’ai jamais eu vraiment d’intérêt pour l’autrice de la saga Harry Potter, ce n’est pas faute d’en avoir parlé dans la série portrait d’autrice. Donc, elle ne sera pas citée dans cet article comme étant une femme qui m’a inspirée. Cela fait un peu brut de décoffrage dit comme ça, mais tu pourrais t’interroger sur sa non-présence. J’ai l’impression qu’elle est l’incarnation même de l’autrice inspirante sur internet, donc je voulais quand même en parler.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #3

strandmon-fauteuil-a-oreilles-coloris-assortis__0513228_PE638849_S4Il n’y a rien de plus stressant de voir sa carte refusait au moment où l’on fait l’achat de ses meubles à IKEA. C’est ce qui m’est arrivé, parce que j’ai découvert qu’il existe un foutu plafond mensuel à ce moment-là ! J’ai lu des dizaines de sites sur le déménagement et PERSONNE n’a pensé à m’avertir. Bien entendu, toute personne avec un peu de jugeote le sait, mais là on parle de moi, la personne qui a le moindre de jugeote. Mais pas d’inquiétude, j’ai pu acheter la très classique bibliothèque BILLY et un magnifique fauteuil de lecture.

Une fois le bail signé et les clés en main, je me suis lancée dans l’achat des meubles pour l’appartement. J’ai un IKEA gigantesque à 15 min de l’appartement, c’est pas super cher et ils font des meubles d’une qualité correcte qui me plaisent. Le choix était vite fait. Le choix de mon fauteuil a été encore plus vite fait, je l’ai vu, j’ai dit : c’est LUI que je veux. Je me suis assise dedans et hooo c’est le paradis. Je m’imagine déjà dedans à passer de longues heures à bouquiner. Le reste des achats était beaucoup moins drôle. J’ai passé mon temps à mesurer, à comparer au plan de l’appartement, à voir si cela rentrerait, si ça serait utile et aussi à poser des taaaas de questions aux vendeurs.

Lire la suite

Faire le tri dans ses livres

La semaine dernière j’annonçais que j’allais déménager et j’ai donc été amenée à faire du tri dans mes livres. Cela fait un moment que j’attendais le bon moment pour publier cet article et donc je t’ai raconté un peu comment j’ai vécu faire ce tri et ce que j’ai appris sur moi. Maintenant, il est temps de parler de technique !

Il y a presque un an maintenant (oui, le blog a un peu plus d’un an, cela fait très étrange), je te proposais une réflexion sur quel livre emporter durant l’apocalypse. Je trouve que cette question est un peu plus sympa que la banal : quel livre emporterais-tu sur une île déserte ? J’aime pas cette question. Comment peut-on vouloir emporter qu’un seul livre ? Qui a décrété qu’une lectrice ou un lecteur devait avoir qu’UN seul livre préféré de tous les temps ? Personnellement pour moi ce n’est pas possible. Tout comme il n’est pas possible d’avoir pour moi une bibliothèque extensible. Je me retrouve parfois avec beaucoup trop de livres. Oui, je peux avoir beaucoup trop de livres, parce que dans le lot, il y a des livres qui ne m’intéressent pas ou plus, qui ne m’apportent plus de joie et qui prennent juste de la place. Je ne suis pas une adepte du livre en tant qu’objet (j’en ai certains, mais ils sont peu nombreux). Je ne vais pas avoir un même livre en plusieurs éditions. Sauf Harry Potter, que j’ai en VO et en VF, mais chaque édition l’est dans un seul exemplaire.

P1000031

Tri de mes mangas et BD avec l’aide de Khaleesi 

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #2

Et merde. Je vais vraiment partir. Ouais, mes bibliothèques sont vides et les seuls livres qui restent sont ceux que les potes vont récupérer. Il n’y a plus rien. Heureusement que je peux compter sur ma fidèle liseuse tea en attendant le jour J, où je vais déménager. Jour qui a sacrément intérêt à arriver vite, parce qu’en attendant, je ne rachète pas un seul livre. J’ai jeté un regard à ma bibliothèque et j’ai dit : OK, faut faire du tri.

P1000024

Je pensais me connaître en tant que lectrice. Je passe mon temps à écrire sur ma vision de la littérature et à défendre un anti-élitisme de la littérature. Mon credo ? Un livre est un parfait objet contondant pour frapper ceux qui jugent ma manière de lire. Sauf que, ma bibliothèque m’a révélé que j’avais encore un peu du mal à appliquer ce principe. Mon égo en a pris un coup. Je dois le reconnaître.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #1

Je vais déménager. Et là, tu te dis probablement, mais qu’est-ce que j’en ai à foutre que tu déménages ? Je vais te dire un secret, cela va être mon tout premier logement. Je vais devoir acheter tous mes meubles, embarquer beaucoup trop de livres et… honnêtement je n’ose même pas avouer à ma mère que j’ai prévu d’avoir une bibliothèque spéciale cuisine. Ça sera une magnifique étagère dans la cuisine, où je rangerai mes livres de cuisine avec mon carnet de cuisine. Quand j’ai commencé à chercher un appartement, le seul truc dont j’étais sûre, c’était que j’aurais une bibliothèque. Le lit, le frigo et tout rien à foutre. J’aurais une bibliothèque et aussi le fauteuil de mes rêves pour me créer le coin de lecture le plus parfait au monde.

Tu commences à voir où je veux en venir ? Je vais déménager et je suis une lectrice. Du coup, mon déménagement va se passer de manière un peu particulière, car je dois transporter une tonne de livres. Dont certains que je ne relierais ou ne lierais JAMAIS. Plus le fait que je prévois de customiser entièrement ma bibliothèque et que tout l’appartement doit tourner autour de mes livres.

Plus sérieusement, je me suis dit que ça serait sympa de documenter un peu ce déménagement à travers des minis articles sans prétention. Surtout que le blog risque de tourner un peu au ralenti avec le déménagement. J’ai une tonne d’articles qui attendent que d’être publiés (en vrai il y a qu’une dizaine), MAIS je n’ai pas forcément la tête à les relire, les corriger, etc. Par contre, j’ai à cœur de te parler de mon déménagement. Je te raconterai ma visite à IKEA, la non douloureuse séparation avec des livres et l’organisation de mon futur coin lecture !

Pour être honnête, je ne sais pas si j’arriverai à tenir cette série d’articles, car j’aurais la tête probablement ailleurs, mais j’ai envie de tenter le coup ! Bon je retourne à ma liste de meubles pour mon futur appart, car c’est avec une bibliothèque et un fauteuil que je vais aller loin moi…

Lire du théâtre

Depuis que je traîne sur la blogosphère et que je m’intéresse à booktube, je vois surtout des romans. Il y a parfois quelques BD, comics, très peu de mangas, mais probablement est-ce dû à ceux que je suis en particulier. Même si j’essaie par mes différentes recherches d’aller au-delà et de varier les types de lecteurs et de lectrices pour découvrir toujours de nouveaux horizons. Une chose est sûre je ne croise jamais de poésie et très peu de théâtre. Quand je dis très peu, c’est juste une ou deux fois et généralement ce sont des lectrices qui en lisent beaucoup et s’y intéressent vraiment.

theatre_interieur2_site-300x199

Je vais être honnête avec toi, moi-même je lis très rarement du théâtre. J’ai dû aller deux fois au théâtre à tout casser et c’était avec l’école. Jamais de manière personnelle. Aller au théâtre est une énorme source de stresse pour moi, parce que j’ai peur d’éternuer (et quand j’éternue c’est toujours par trois fois), de faire du bruit ou tout simplement une horrible envie d’aller aux toilettes et de déranger les acteurs.

Lire la suite

Lire des classiques

Pour certaines lectrices et certains lecteurs, la définition de la littérature classique serait : œuvre mortellement ennuyeuse à lire obligatoirement pour l’école. Pour d’autres, ça serait plus : seule littérature digne d’intérêt. Un classique pourrait être aussi appelé long-seller. C’est comme un best-seller, un livre qui a su aller chercher au-delà de son public classique et en plus le long-seller a su traverser les années. Cela peut être un roman jeunesse (Harry Potter), de la fantasy (Le Seigneur des anneaux) ou même un roman qui était publié au début en feuilleton dans un journal (Le comte de Monte-Christo). Une œuvre classique en plus de réussir à prouver à beaucoup de personnes qu’elle est bien écrite, propose des idées qui résonnent dans les lecteurs des années après son écriture. Même si au bout d’un moment, les idées peuvent se retrouver dépassées. Audrey Alwett en parle de son article que je t’ai présenté au début du mois.

Lire la suite