Moralité et littérature

shamePour définir la moralité dans la littérature, il faut tout d’abord définir la morale. Je crois que j’ai eu cette question en dissertation de philo un jour… Plus sérieusement, dans cet article la moralité est définie comme étant une attitude qui est approuvée par le plus grand nombre dans notre société. Faire preuve de bienveillance ou avoir une attitude courageuse c’est faire preuve de moral. Au contraire, voler ou ne pas respecter le consentement d’une femme ce n’est pas moral. Pour simplifier la définition, la moralité c’est un jugement de valeur. Ce jugement est défini par le milieu socioculturel dans lequel on évolue et par notre histoire personnelle. Ce qui est moral pour l’un, ne l’est pas pour l’autre et inversement.

Lire la suite

Blogger Recognition Award

blogger-recognition-award1-e1529307981815

Cela fait aujourd’hui deux mois que j’ai déménagé et si je pensais que c’était terminé. Je me suis trompée lourdement. Je n’avais pas pensé au contre coup mental et plus il met de temps à venir, plus il est rude. Cela fait donc plusieurs semaines que je suis incapable d’écrire une seule ligne pour le blog et ces derniers jours à m’occuper tout simplement du blog. Je commençais à me dire qu’au final ce n’était pas grave et que de toute manière il n’était pas si important que ça. Et puis Kahtleen du génial blog Une vie des livres m’a nominée pour le Blogger Recognition Award. Non seulement je suis extrêmement touchée par cette attention (un grand merci à toi !), mais surtout cela m’a rappelé que ce blog avait quand même pas mal d’importance pour moi et qu’il n’était pas question que je commence à dire qu’il n’a pas d’importance.

Merci Khatleen de m’avoir nominée ! Cela me touche d’autant plus que je suis une grande fan de ton blog.

Lire la suite

Lire en anglais ? No thank you !

Je te préviens, dans cet article je vais pas mal taper sur une catégorie de lecteurs qui

anglo

m’insupporte : ceux et celles qui jugent. Je ne suis pas opposée à la lecture des œuvres en version originale. Je trouve que c’est hyper formateur quand c’est possible. Parce que non seulement cela aide à mieux maîtriser une langue, mais cela permet aussi de comprendre mieux sa culture. En effet, une langue ce n’est pas juste des mots et une grammaire qui forment des phrases. C’est toute la culture et l’histoire d’un pays ou d’un peuple. Moi-même je lis quotidiennement en anglais, bon c’est surtout des webcomics, mais j’ai déjà lu quelques romans sans soucis.

Lire la suite

Et la poésie? Une épuisette à étoiles.

C’est quoi la musique ?
C’est du son qui se parfume
C’est quoi l’émotion ?
C’est l’âme qui s’allume
C’est quoi un compliment ?
Un baiser invisible
Et la nostalgie ? Du passé comestible

Début de la Vie c’est quoi d’Adelbert.

joseph-fiennes_trans_NvBQzQNjv4Bq6f7LZ7seCW96zliyTYX6ViIMpBIiS72GQ3QPBtusw-s

Shakespeare se demandant pourquoi on parle rarement de poésie sur les blog

Maintenant, allume le son et clique sur ce lien, fais-moi confiance et laisse-toi emporter par la mélodie. Ce début de poème peut sembler mignon, mais pas très intéressant non plus. Et puis si on rajoute une voix — ou deux — et une mélodie toute simple pour l’accompagner, ces quelques lignes prennent une tout autre dimension. La poésie est un genre littéraire plutôt mal aimé. Sur les blogs je ne vois quasiment jamais parler de poésie. Et si l’on fait l’éloge des classiques, c’est toujours pour parler de romans, à la limite de nouvelles et quelques fois de théâtre (et encore !). La poésie ? Rare sont celles et ceux qui répondent présent pour la défendre. Je ne vais pas te juger, moi-même dans mon esprit la poésie était liée un peu naïvement aux commentaires de cours de français. Pourtant la poésie, on en écoute toute la journée, il suffit d’allumer la radio et tes oreilles se remplissent de poésie.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #5

Tout dernier article de la série le déménagement d’une lectrice ! Cela fait deux jours que j’ai déménagé, mais j’ai toujours ce désagréable sentiment d’être une individue qui prend un peu trop ses aises. Par contre, je commence à maîtriser ma super plaque à induction (j’ai cuisine au gaz toute ma vie, cette plaque est une merveille quand j’arrive à l’utiliser) et j’ai bien rangé ma bibliothèque. Cet article a été plutôt difficile à écrire, là c’est la troisième tentative, voir sixième si je compte les tentatives de trois phrases. Et surtout, j’ai réussi à lire yhea ! Cette phrase est très étrange pour une personne qui se définit comme une lectrice, mais je suis incapable de lire, si mentalement je ne suis pas à l’aise et en confiance. Et là je regardais mes livres et j’étais en mode « mhe » alors qu’il y en a des taaaas qui me font envie !

Lire la suite

Ok. Je sais plus quoi lire, je fais quoi ?

La semaine dernière, je t’ai proposé quelques conseils pour lire plus d’autrices. Savoir lire plus d’autrices c’est cool, trouver de nouvelles idées de lectures c’est encore mieux ! J’ai toujours quelques livres dans ma bibliothèque que je n’ai pas lus, mais parfois ce n’est pas le moment pour moi de les lire ou tout simplement je cherche de nouvelles idées. J’aime bien me balader dans une librairie et noter des idées de titres ou encore mieux, me balader dans une bibliothèque et emprunter tous les livres qui me font envie. Cependant, parfois je n’ai pas le temps, l’envie, de faire cette recherche ou de partir à la recherche d’un livre un peu au hasard. Parfois, je veux pouvoir acheter ou emprunter un titre en particulier, un titre qui me fait envie depuis que j’en ai entendu parler ou lu.

Lire la suite

Comment lire plus d’autrices

T’es-tu déjà fait la remarque : je ne lis pas assez d’autrices ? C’est fort possible, on aurait tendance à penser que le milieu littéraire est avant tout masculin. En particulier dès qu’il s’agit de classique. Bien entendu, certains genres comme la chick-lit, le mommy porn ou encore la romance sont des genres où c’est avant tout des autrices. Si tu ne lis pas ces genres littéraires, il est très facile de lire que de la littérature écrite par des hommes. Peut-être que tu t’en fous, mais peut-être que cela te dérange et que tu aimerais lire plus d’autrices. Je pense que si au début tu dois faire un effort d’aller vers des autrices, par la suite ça sera beaucoup plus naturel. Si j’ai naturellement toujours lu beaucoup d’autrices, j’ai pas contre pendant très longtemps lu que de la littérature anglo-saxonne. J’ai réussi à faire évoluer mes habitudes et maintenant je pense avoir une bibliothèque plutôt diversifiée, bien que j’ai encore un peu de mal à trouver de la littérature du continent africain. La plupart des conseils que tu trouveras dans cet article peuvent être appliqués si tu veux lire d’autre genre littéraire, plus de classique, de la littérature d’autres pays, etc.

Lire la suite

Mes occasions littéraires à Paris

Je sais pas toi, mais les livres neufs me reviennent assez rapidement cher. Du coup j’ai tendance à user et abuser des astuces dont je t’ai parlé dans mon article pour lire gratuitement ou presque. Quand je n’ai pas de titre particulier en tête, j’aime bien chercher des livres d’occasion. Sur internet j’utilise le site chasse aux livres. Je rentre mon titre et j’ai une comparaison des prix sur différents sites, leur évolution, etc. Ce qui est parfait pour la flemmarde que je suis. Parce que je passais une éternité à comparer les prix entre chaque site… Par contre, quand il s’agit d’acheter en boutique des livres d’occasion, je ne vois qu’une ville pour ça : Paris. En vrai tu peux acheter des livres d’occasion dans toute la France, voir le monde entier, mais je vis pas très loin de Paris.

Lire la suite

Ces lectures dont je ne parle pas

Depuis que j’ai rejoint le milieu de l’internet littéraire, j’ai été de plus en plus amenée à partager mes lectures. Bien avant d’ouvrir ce blog, je le faisais sur les forums de discussions littéraires ou les groupes Facebook, n’hésitant pas à discuter d’un titre et surtout à suggérer des idées de lectures aux lecteurs et lectrices en faisant la demande. À l’ouverture du blog, il était évident pour moi que je ferais des chroniques. D’ailleurs au tout début, les chroniques devaient être un peu le centre du blog et avoir plus d’importance qu’elles ne l’ont aujourd’hui. Si j’apprécie de partager mes lectures à travers les chroniques, portraits fictifs ou encore les dossiers littéraires, ce n’est plus vraiment le cœur du blog. Néanmoins, dès le début, il était évident pour moi que je ne parlerais pas de tous les livres que je lis. Dans mes périodes de lectures intenses, je peux lire jusqu’à 5 romans dans une semaine et une dizaine de bande dessinée et mangas. Moi qui n’arriver pas à noter sur une liste ou sur le site livraddict mes livres lus, je me vois mal les chroniquer tous. J’ai beaucoup d’admiration pour les lecteurs et les lectrices qui ont la rigueur pour le faire.

Je fais donc un choix dans les livres que je vais chroniquer ou non. Je n’ai pas de critères. Généralement ce sont des livres qui sont des réels coups de cœur et que je me dois de partager au monde entier. Je parle néanmoins aussi de ceux qui me semblent intéressants à promouvoir. Des livres qui regroupent pas mal de clichés littéraires ou qui ne proposent pas d’histoire très originale pour la lectrice que je suis, mais qui par leur thématique, le traitement de l’histoire, etc. font d’eux des ouvrages de qualités. J’aime donc les présenter. Et puis il y a tous ces livres que je me contente de présenter brièvement sur mon compte instagram au moment de ma lecture (même si ces derniers temps je n’ai pas le temps ‘.’). Bon généralement je ne donne pas le résumé quand c’est en e.book et c’est surtout pour montrer un peu ma lecture du moment.

Lire la suite

Attend… Quoi ? J’ai pas tout compris là

Je ne sais pas pour toi, mais parfois je ne comprends pas toujours tout ce qui se passe dans mes lectures. Je n’arrive pas à cerner qui est vraiment qui, qu’est-ce qui est en train de se passer et pourquoi est-ce que c’est en train de se passer. J’aurais pu t’en parler dans mon article de la honte du lecteur, parce que… pendant longtemps j’avais un peu honte de ça. Je me disais que c’était parce que je ne savais pas lire. Et non, ce phénomène n’est pas dû à ma technique de lecture ninja, car généralement quand je pige pas ce qui se passe, je ne me le permets pas.

La première fois que j’ai ressentie ce phénomène de manière consciente, c’est avec Terry Pratchett. Je ne pige jamais rien à son tout premier chapitre. Et pourtant, à la toute fin du roman, je trouve que non seulement cet incipit — nom scientifique de début de roman parce que j’aime me la péter — cet incipit c’est du génie, mais surtout que le roman n’aurait pu avoir un meilleur début. C’est avec Sir Pratchett que j’ai appris à accepter de ne pas tout comprendre dans un roman dès le début. À être perdue, à me poser des questions et tout simplement à me contenter de me laisser emporter par le flot des événements.

Ne pas tout comprendre un roman est un appel à une relecture et une redécouverte de ce roman.

Lire la suite