Le prélèvement d’organes dans la littérature

Quand on lit beaucoup, on se rend forcément compte que l’on peut retrouver des thématiques communes dans différentes œuvres littéraires. Cela se retrouve partout. Dans mon cours d’écriture à la fac, ma prof nous avait expliqué que si on devait mettre dans une bibliothèque des livres n’ayant aucune source d’inspiration littéraire, qui sont de la création pure et dure, il y en aurait pas beaucoup. Parfois, un élément devient particulièrement présent dans la littérature, au point qu’on le trouve banal et usé. On parle alors de cliché, j’en parlais dans ma chronique The memory book. La plupart du temps, à moins que l’on ait la référence ou bien que l’on cherche les sources d’inspiration, on n’a pas conscience des muses littéraires qui ont inspiré le livre. D’autres fois par contre, on peut regrouper les livres sur une même thématique. Cela peut-être des thématiques très larges telles que : la maladie chez les adolescents, les romances fortement inspirées d’Orgueil et Préjugés ou bien beaucoup plus précises comme les romans que je te présente dans cet article.

Ces trois romans ont des intrigues très différentes, mais tous trois traitent du même thème : du prélèvement d’organe, de tissus et d’os sur un être humain en vie et en bonne santé.

Lire la suite

Ces lectures dont je ne parle pas

Depuis que j’ai rejoint le milieu de l’internet littéraire, j’ai été de plus en plus amenée à partager mes lectures. Bien avant d’ouvrir ce blog, je le faisais sur les forums de discussions littéraires ou les groupes Facebook, n’hésitant pas à discuter d’un titre et surtout à suggérer des idées de lectures aux lecteurs et lectrices en faisant la demande. À l’ouverture du blog, il était évident pour moi que je ferais des chroniques. D’ailleurs au tout début, les chroniques devaient être un peu le centre du blog et avoir plus d’importance qu’elles ne l’ont aujourd’hui. Si j’apprécie de partager mes lectures à travers les chroniques, portraits fictifs ou encore les dossiers littéraires, ce n’est plus vraiment le cœur du blog. Néanmoins, dès le début, il était évident pour moi que je ne parlerais pas de tous les livres que je lis. Dans mes périodes de lectures intenses, je peux lire jusqu’à 5 romans dans une semaine et une dizaine de bande dessinée et mangas. Moi qui n’arriver pas à noter sur une liste ou sur le site livraddict mes livres lus, je me vois mal les chroniquer tous. J’ai beaucoup d’admiration pour les lecteurs et les lectrices qui ont la rigueur pour le faire.

Je fais donc un choix dans les livres que je vais chroniquer ou non. Je n’ai pas de critères. Généralement ce sont des livres qui sont des réels coups de cœur et que je me dois de partager au monde entier. Je parle néanmoins aussi de ceux qui me semblent intéressants à promouvoir. Des livres qui regroupent pas mal de clichés littéraires ou qui ne proposent pas d’histoire très originale pour la lectrice que je suis, mais qui par leur thématique, le traitement de l’histoire, etc. font d’eux des ouvrages de qualités. J’aime donc les présenter. Et puis il y a tous ces livres que je me contente de présenter brièvement sur mon compte instagram au moment de ma lecture (même si ces derniers temps je n’ai pas le temps ‘.’). Bon généralement je ne donne pas le résumé quand c’est en e.book et c’est surtout pour montrer un peu ma lecture du moment.

Lire la suite

Attend… Quoi ? J’ai pas tout compris là

Je ne sais pas pour toi, mais parfois je ne comprends pas toujours tout ce qui se passe dans mes lectures. Je n’arrive pas à cerner qui est vraiment qui, qu’est-ce qui est en train de se passer et pourquoi est-ce que c’est en train de se passer. J’aurais pu t’en parler dans mon article de la honte du lecteur, parce que… pendant longtemps j’avais un peu honte de ça. Je me disais que c’était parce que je ne savais pas lire. Et non, ce phénomène n’est pas dû à ma technique de lecture ninja, car généralement quand je pige pas ce qui se passe, je ne me le permets pas.

La première fois que j’ai ressentie ce phénomène de manière consciente, c’est avec Terry Pratchett. Je ne pige jamais rien à son tout premier chapitre. Et pourtant, à la toute fin du roman, je trouve que non seulement cet incipit — nom scientifique de début de roman parce que j’aime me la péter — cet incipit c’est du génie, mais surtout que le roman n’aurait pu avoir un meilleur début. C’est avec Sir Pratchett que j’ai appris à accepter de ne pas tout comprendre dans un roman dès le début. À être perdue, à me poser des questions et tout simplement à me contenter de me laisser emporter par le flot des événements.

Ne pas tout comprendre un roman est un appel à une relecture et une redécouverte de ce roman.

Lire la suite

L’art de la guerre 2

L-art-de-la-guerreDate de publication : 01 novembre 2017
Autrice : Sophie-Marie Larrouy
Genre : Humour, histoire de vie
Edition : Flammarion
Formats : Broché, e.book
Nombre de pages : 220 pages

Il y a des livres que l’on trouve au rayon développement personnel et il y a les autres, qui sont rangés dans les rayons littérature française, mais qui me font carrément le même effet. Et si certaines autrices sont une source d’inspiration pour moi, Sophie-Marie Larrouy (SML) me donne surtout l’impression d’avoir une grande sœur qui me donne ses meilleurs conseils pour faire face à la vie. Parfois rien ne vaut un roman autobiographique pour aller mieux.

Si le premier tome de l’art de la guerre est avant tout connu pour ses conseils militaires, L’art de la guerre 2 nous donne des conseils pour faire face à une guerre beaucoup plus moderne. Personnellement, je suis plus comme Lilly Singh dans Comment devenir la mégaboss de ta super vie, pour moi, la vie c’est un jeu vidéo. Mais c’est mon côté geekette qui parle. On peut aussi voir dans la vie une guerre où l’opposant ce n’est pas uniquement les autres, mais c’est les événements tout nazes de la vie, les relations ou tout simplement nous-même.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #4

Il y a des périodes où la vie est beaucoup trop calme. Tu vois la scène où Asterix et Obelix sont sur le Nil dans Mission Cléopâtre ? Ils s’ennuient tellement qu’Obelix joue les moteurs humains et faire avance le bateau à toute allure. Bha là ma vie c’est quand Obelix tire les bateaux. Parce que déménager ce n’est pas suffisant, je me retrouve à devoir préparer une formation sur un logiciel qui est vu d’un mauvais œil par des collègues qui sont trois fois plus âgés que moi et avait commencé de travailler alors que je n’étais même pas née. Pour te dire que j’ai pas intérêt de me foirer durant la formation que je vais donner et surtout me retenir de leur dire de fermer leur gueule quand je parle. (Quand je suis nerveuse, je peux être quelque peu agressive.) (Nan en vrai je suis très gentille, mais je peux balancer la petite phrase qui fait très mal et qui vexe énormément.) Bien entendu, c’est le moment où les agents de contrôles dont je gère le secrétariat me donnent cinquante millions de tâches. Déjà il y a le boulot, c’est pas la méga joie comme tu peux le voir. Et puis il y a le déménagement où j’apprends le jour même que l’on ne va pas me livrer les meubles. Et encore. C’est parce que j’ai appelé m’inquiétant de la non-venue du livreur.

Lire la suite

Les dessous du blog

Il y a quelques mois, je te proposais de découvrir l’univers de booktube et de bookstagram. D’ailleurs entre-temps je me suis moi-même lancée sur bookstagram. Bon de manière de moins en moins régulièrement, en particulier en ce moment avec le déménagement. Pour que ce triptyque d’article soit complet, il manque un univers, celui duquel tout part : les blogs littéraires. Si tu fréquentes les blogs, tu dois bien les connaître, mais connais-tu leur envers ? Cela fait maintenant un peu plus un an que je tiens HNB et je pense qu’il est enfin temps de te parler de mon expérience en tant que blogueuse.

Je pense que tu sais ce qu’est un blog si tu lis HNB ou même si c’est la toute première fois que tu viens. Un blog est un site où l’on publie des articles autour d’une ou plusieurs thématiques. La différence avec un webmagazine ou un journal, c’est que le blog est personnel. Le webmagazine ou le journal ont une ligne éditoriale et sont tenus par une équipe de plusieurs personnes. Dans cette équipe, il n’y aura pas uniquement les journalistes, il y a une personne qui gère le site, une autre l’aspect économique, etc. Une personne tenant un blog professionnel et dont c’est le métier s’occupe de tous ces aspects.

Lire la suite

Mes lectures de jeunesses

La lecture a toujours fait partie de moi, dès l’instant où j’ai su lire par moi-même je me suis considérée comme une lectrice. J’avais toujours une bibliothèque bien remplie, des livres empruntés au CDI ou bien à la bibliothèque et une liste de fanfiction Harry Potter qui ne connaissait pas de fin. Je ne me souviens pas de toutes mes lectures, si on me dit un titre, je vais m’en rappeler. Par exemple je sais que j’ai lu Narnia, A la croisée des mondes, la Trilogie de Bartiméus, les Orphelins Baudelaires ou encore l’Epouvanteur. Néanmoins, je n’ai pas vraiment de souvenir de ces lectures, si ce n’est que je les ai plus ou moins appréciés. Par contre je me souviens très bien que j’ai refermé Ça de Stephen King après le premier chapitre et que je ne suis plus très à l’aise avec les clowns depuis. (Sans en avoir peur, je garde une certaine méfiance vis-à-vis d’eux. Et puis, il n’y a rien de plus triste qu’un clown en vrai…)

peggysue

Et puis il y a ces sagas qui me reviennent à l’esprit. Celles qui ont marqué ma jeunesse pour moi et qui sont celles dont je chéris particulièrement le souvenir et même que je n’hésite pas à relire avec grand plaisir !

Lire la suite

Autrices inspirantes

Quand on parle de sources d’inspiration dans la littérature, on pense avant tout aux livres. Mais est-ce que tu as déjà pensé aux auteurs ou autrices qui pouvaient être inspirantes en tant qu’être humain tout simplement ? Alors que je lisais un roman d’Amélie Nothomb, j’ai été frappée par la source d’inspiration qu’elle pouvait être et je me suis rendu compte que plusieurs autrices avaient marqué ma vie et étaient devenues des sources d’inspirations pour moi.

inspiration

Je ne sais pas pour toi, mais si j’ai entendu cinquante millions de fois à quel point J.K. Rowling a eu une vie difficile et à quel point elle a été forte et courageuse, elle n’a jamais été une source d’inspiration pour moi. Je pense que c’est dû au fait que je n’ai jamais eu vraiment d’intérêt pour l’autrice de la saga Harry Potter, ce n’est pas faute d’en avoir parlé dans la série portrait d’autrice. Donc, elle ne sera pas citée dans cet article comme étant une femme qui m’a inspirée. Cela fait un peu brut de décoffrage dit comme ça, mais tu pourrais t’interroger sur sa non-présence. J’ai l’impression qu’elle est l’incarnation même de l’autrice inspirante sur internet, donc je voulais quand même en parler.

Lire la suite

Portrait fictif : Tristabelle

Portrait fictif est une série d’articles présentant une fois par mois un personnage féminin de la littérature qui m’a marquée. Je vous y présenterai le personnage dans la saga, quel est mon rapport à ce personnage et enfin pourquoi je pense qu’elle est intéressante à présenter dans cette série d’articles. Pourquoi me concentrer uniquement sur les personnages féminins ? Il existe des personnages masculins tout aussi géniaux, mais souvent quand on cite des personnages, cela va être souvent les personnages masculins qui vont venir à l’esprit. Je veux faire en sorte que l’on pense aussi aux personnages féminins. Enfin, c’est un moyen pour moi de vous faire découvrir autrement mes lectures.

bandeau-carmines-2
Il est très rare de trouver un personnage féminin qui possède de vrais défauts. Souvent, on va avoir une fille maladroitement mignonne ou bien avec un sale caractère, qui a un côté un peu dominatrice, mais au fond, elle a un bon fond. Si le personnage est vraiment mauvais, a de réels défauts, elle sera nécessairement, forcément, inévitablement, L’ENNEMIE NUMÉRO UN. Ennemi qui est un peu naze en plus. Dans le portrait fictif de ce mois-ci, Tristabelle est une vraie garce, une vraie psychopathe, une vraie méchante et elle est une vraie héroïne dans le second tome des sœurs Carmines. Elle est aussi très présente dans le premier tome, mais l’histoire se centre autour des aventures de sa sœur. Mais ne t’inquiète pas, je ne vais pas en révéler plus que nécessaire.

Lire la suite

Le déménagement d’une lectrice #3

strandmon-fauteuil-a-oreilles-coloris-assortis__0513228_PE638849_S4Il n’y a rien de plus stressant de voir sa carte refusait au moment où l’on fait l’achat de ses meubles à IKEA. C’est ce qui m’est arrivé, parce que j’ai découvert qu’il existe un foutu plafond mensuel à ce moment-là ! J’ai lu des dizaines de sites sur le déménagement et PERSONNE n’a pensé à m’avertir. Bien entendu, toute personne avec un peu de jugeote le sait, mais là on parle de moi, la personne qui a le moindre de jugeote. Mais pas d’inquiétude, j’ai pu acheter la très classique bibliothèque BILLY et un magnifique fauteuil de lecture.

Une fois le bail signé et les clés en main, je me suis lancée dans l’achat des meubles pour l’appartement. J’ai un IKEA gigantesque à 15 min de l’appartement, c’est pas super cher et ils font des meubles d’une qualité correcte qui me plaisent. Le choix était vite fait. Le choix de mon fauteuil a été encore plus vite fait, je l’ai vu, j’ai dit : c’est LUI que je veux. Je me suis assise dedans et hooo c’est le paradis. Je m’imagine déjà dedans à passer de longues heures à bouquiner. Le reste des achats était beaucoup moins drôle. J’ai passé mon temps à mesurer, à comparer au plan de l’appartement, à voir si cela rentrerait, si ça serait utile et aussi à poser des taaaas de questions aux vendeurs.

Lire la suite