La littérature s’empare du net #3

Dans l’actualité de ce mois-ci, les sujets sont un peu moins polémiques que les sujets dont je t’ai parlé le mois dernier ! Néanmoins, je souhaite revenir sur la polémique « On a choppé la puberté ». Le livre ne sera pas réédité, il y a eu pas mal de reproches des deux côtés, des auteurs et autrices se sont offusqués et a même parlé d’une censure de la part du public. Je me suis moi-même posé la question. Et je dois reconnaître que oui la censure existe, un ouvrage ouvertement raciste va être censuré. Mais Mathilde Lévêque, maître de conférence en littérature à la Sorbonne explique ça bien mieux que moi. L’article est un peu long, mais je te conseille vraiment de prendre le temps de le lire. Il m’a permis de faire le point sur l’affaire et sur la question de la censure.

De nouveau, un article de la Gazette du Sorcier se retrouve dans cette sélection. Je suis grande lectrice de ce webzine. L’article pose la question du canon en littérature, quels sont les textes fondateurs indéniables de l’univers, que l’on ne peut remettre en questions et tout le reste. Cela pose aussi la question du rapport de l’auteur à son œuvre. Pour John Green, « [les livres] appartiens à leurs lecteurs maintenant, ce qui est quelque chose de bien — parce que les livres sont plus puissants dans les mains des lecteurs qu’ils ne peuvent l’être dans les miennes. » Même si tu n’es pas un. e fan de la saga Harry Potter, l’article a une réflexion très intéressante que l’on peut appliquer, je pense, à tous les livres.

Dans le cadre du Prix littéraire de l’Imaginaire Booktubersapp, Sophie du blog Les lectures de Sophie a eu la super idée d’interviewer des professionnels de l’édition. Au moment de l’écriture de l’article, il y en a trois : Jérôme Vincent, directeur d’Actusf, Simon Pinel, responsable éditorial chez Critic Editions et André-François Ruaud, directeur des Moutons Electriques. Les questions qu’elle pose sont hyper pertinentes, cela permet de découvrir un peu l’histoire de ces maisons d’édition, les lignes éditoriales, le rapport aux blogs et les particularités de chacune de ces maisons ! Je trouve ça toujours passionnant de pouvoir en découvrir plus sur le monde du livre.

Je continue dans les articles de blogs passionnants avec celui par la Geekosophe ! Elle propose un article passionnant sur la part des autrices dans la littérature de science-fiction. Elle revient sur l’histoire du genre jusqu’à nos jours, tout en parlant de ce qu’apportent les autrices à ce genre littéraire ! Son article comprend de nombreuses références de qualités, j’en ai lu la plupart et à chaque fois c’était des vrais coups de cœur qui chamboulent l’esprit. Un article a lire avec un bloc-notes à porter de main !

Et je conclus sur une chouette idée pour prôner le féminisme dans la littérature jeunesse ! Face de Citrouille a eu la chouette idée de proposer une newsletter hebdomadaire mettant en avent ressources, initiatives, autrices et héroïnes dans la littérature jeunesse ! Une superbe idée dont j’ai hâte d’en découvrir plus !

Lire du théâtre

Depuis que je traîne sur la blogosphère et que je m’intéresse à booktube, je vois surtout des romans. Il y a parfois quelques BD, comics, très peu de mangas, mais probablement est-ce dû à ceux que je suis en particulier. Même si j’essaie par mes différentes recherches d’aller au-delà et de varier les types de lecteurs et de lectrices pour découvrir toujours de nouveaux horizons. Une chose est sûre je ne croise jamais de poésie et très peu de théâtre. Quand je dis très peu, c’est juste une ou deux fois et généralement ce sont des lectrices qui en lisent beaucoup et s’y intéressent vraiment.

theatre_interieur2_site-300x199

Je vais être honnête avec toi, moi-même je lis très rarement du théâtre. J’ai dû aller deux fois au théâtre à tout casser et c’était avec l’école. Jamais de manière personnelle. Aller au théâtre est une énorme source de stresse pour moi, parce que j’ai peur d’éternuer (et quand j’éternue c’est toujours par trois fois), de faire du bruit ou tout simplement une horrible envie d’aller aux toilettes et de déranger les acteurs.

Lire la suite

Lire des classiques

Pour certaines lectrices et certains lecteurs, la définition de la littérature classique serait : œuvre mortellement ennuyeuse à lire obligatoirement pour l’école. Pour d’autres, ça serait plus : seule littérature digne d’intérêt. Un classique pourrait être aussi appelé long-seller. C’est comme un best-seller, un livre qui a su aller chercher au-delà de son public classique et en plus le long-seller a su traverser les années. Cela peut être un roman jeunesse (Harry Potter), de la fantasy (Le Seigneur des anneaux) ou même un roman qui était publié au début en feuilleton dans un journal (Le comte de Monte-Christo). Une œuvre classique en plus de réussir à prouver à beaucoup de personnes qu’elle est bien écrite, propose des idées qui résonnent dans les lecteurs des années après son écriture. Même si au bout d’un moment, les idées peuvent se retrouver dépassées. Audrey Alwett en parle de son article que je t’ai présenté au début du mois.

Lire la suite

Les commentaires

images

Tout d’abord, je vous souhaite une très belle année 2018 et j’espère que vous aurez plein de belles lectures. Pour ce tout premier article de l’année, j’avais envie de parler de mon rapport aux réactions que suscite le blog. Il n’a pas tout à fait un an, mais je trouvais que c’était une manière sympathique de commencer l’année. Cela fait un petit moment que j’avais envie de partager ma vision sur le rapport aux commentaires et aux réactions du lectorat.

Lire la suite

Peut-on aimer une oeuvre problématique ?

téléchargement (3)Que ce soit dans certains éléments ou bien dans son ensemble une œuvre peut parfois se révéler problématique. On peut ne pas avoir conscience de ses éléments problématiques et quand vous voyez votre roman préféré être mis sur le bûcher vous pouvez vous sentir mal à l’aise. Pour ne rien arranger, il y a une tendance à se montrer très virulent envers un roman en particulier. La haine générale va ignorer pas mal d’autres romans tout aussi problématiques. Je pense par exemple à Cinquante Nuances de Gray qui est méprisé par beaucoup. Néanmoins, il existe énormément de romans bien plus problématiques sur le plan du sexisme que Cinquante Nuances de Grey. Ils sont simplement moins populaires et évitent donc la haine.

Lire la suite

La honte du lecteur

images (3)J’ai mis longtemps avant d’oser ouvrir un blog littéraire. Rien que le terme osé révèle le fond de ma pensée. Comme si je n’étais pas légitime à le faire. Pourtant, la seule condition pour ouvrir un blog littéraire et d’apprécier la littérature. Et encore, vous pouvez ouvrir un blog littéraire sans apprécier la littérature, mais il n’y aura pas grand amusement. Si je ne me sentais pas légitime à ouvrir un blog littéraire, c’est parce que j’étais habitée par ce que j’appelle la honte du lecteur. Je n’aimais pas les bons livres, je n’avais pas assez de livres, je ne lisais pas suffisamment, je n’étais pas une bonne lectrice. D’ailleurs parfois ce sentiment insidieux me revient. Peut-être n’avez-vous jamais ressenti cela, dans ce cas je vous envie. Mais que ce soit le cas ou non, je vous propose de venir le combattre avec moi.

Lire la suite

Faire face à une panne de lecture

La panne de lecture c’est un peu le croquemitaine d’un lecteur. C’est cet instant où l’on n’arrive plus à lire et là… c’est la catastrophe. Déjà si vous faites face à une panne de lecture, pas de panique. En tout cas, ne faites surtout pas comme moi qui aie envie de me mettre en position latérale de sécurité et en regrettant d’avoir terminé le dernier livre qui m’avait fait aussi vite, car de toute manière je ne trouverai aucun livre aussi chouette. Ce n’est vraiment pas une bonne idée. Du tout.

tumblr_ne2avqfaHo1smvgkoo1_500

Moi face à une panne de lecture

Lire la suite

Quels livres dois-je prendre en cas d’apocalypse ?

Imaginez que c’est l’apocalypse : attaque nucléaire, épidémie de 51eyGvqk9CL._SX307_BO1,204,203,200_zombie, désastre écologique qui fait que vous devez passer le reste de votre vie enfermé.e dans un train. Bref. Il vous faut fuir. Rapidement, immédiatement. Prendre des vêtements, des provisions, un moyen de survivre. Dans ce genre de situation, je me pose deux questions : comment vais-je faire pour embarquer mon chat ? (Je pense que je lui apprendrai à se balader avec un harnais et une laisse.) Et surtout, quel livre vais-je emporter ? Je pourrais bien prendre ma liseuse, mais le problème de la batterie se pose. Même si pour moi il est évident qu’une source d’électricité doive servir à recharger ma liseuse, je ne suis pas certaine que mon instinct de survie soit de cet avis. Il faut donc se tourner vers des livres papier.

Lire la suite